compteur de visite

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/11/2022

Louis Guilloux : O.K., Joe !

louis guillouxLouis Guilloux (1899-1980) journaliste, natif de Saint-Brieuc, publie son premier roman en 1927 et en 1935 Le Sang noir rate de peu le prix Goncourt (raflé par Joseph Peyré avec Sang et Lumière). Ses convictions humanistes le conduiront à devenir secrétaire du 1er Congrès mondial des écrivains antifascistes et responsable du Secours Populaire. O.K., Joe ! vient d’être réédité dans une collection de poche.

Août 1944, dans la région de Saint-Brieuc. L’armée américaine en termine avec la libération de la Bretagne où ne subsistent que quelques îlots de résistance allemande. Louis Guilloux est enrôlé par les libérateurs pour servir d’interprète à l’armée lors des procès en Cour martiale jugeant des G.I. coupables de crimes contre des civils Français (viols, meurtres…). Durant plusieurs semaines il suit la troupe. Ce récit, l’écrivain mettra trente ans avant de l’écrire et il ne paraîtra qu’en 1976.

Plantons le décor : A l’ouest, on entend parfois encore le canon, le tonnerre de Brest ; partout ailleurs les gens effacent toutes les traces de l’occupant, on brûle et déchire les affiches de propagande, on tond les femmes qui ont fauté avec l’ennemi, on entre en force chez ceux qui qui ont fricoté avec les mêmes… Louis, qui travaille à la mairie, se voit proposer une place rétribuée d’interprète par les Américains pour traduire en anglais les dépositions des victimes et des témoins des agressions.

Ce qui frappe immédiatement le lecteur, c’est la gentillesse du ton et du récit. Pourtant, si la guerre est presque terminée, il reste des poches de résistance, l’après-guerre n’est pas tendre pour les collabos ou supposés, et le job d’interprète le met en première ligne face à des victimes et des bourreaux. Louis Guilloux déroule néanmoins son récit presque tendrement et les Américains sont tous extrêmement sympathiques et adorables avec lui ; ils forment une petite équipe, Bob Stone et Will Bradford jouent les enquêteurs et avocats, Louis traduit, et Joe le taxi (!) conduit tout ce petit monde à travers le pays dans sa Jeep. Louis Guilloux est choyé par les uns et les autres, nourri copieusement, après les privations ça le change.

Par contre, tous ces Américains fraichement débarqués s’étonnent régulièrement et interrogent Louis, « Combien de partis politiques avez-vous en France ? » quand eux, n’en ont que deux ! De son côté, l’écrivain ne comprend pas pourquoi tous les accusés sont Noirs ? Une question qui restera sans réponse, car bien que ce soit la vérité, la relation des évènements prouvent qu’ils sont bien réellement coupables…

Un texte assez court qui brosse rapidement un portrait de la France en cours de libération avec ses excès et ses traces d’antisémitisme, tout en soulevant discrètement quelques questions sur un possible racisme systémique de l’armée américaine ?

 

« Il est arrivé aussi que l’on jugeât plusieurs accusés ensemble, et ils étaient tous des Noirs. Un matin, il y en eu quatre. Ils n’ont pas dit un mot. Pourquoi se taisaient-ils ainsi, pourquoi plaidaient-ils toujours coupables ? J’ai fini par le demander à Bob. – Mais parce qu’ils le sont ! m’a-t-il répondu, en faisant comme le geste de lever les bras au ciel, voulant manifester par là la surprise que lui causait une telle question. Comme si nous ne nous fussions pas trouvés là devant l’évidence. Coupables. Ils l’étaient en effet. Ils l’avouaient eux-mêmes. – Mais pourquoi toujours des Noirs, Bob ? – Ah ! c’est un sacré problème ! »

 

louis guillouxLouis Guilloux   O.K., Joe !   Folio2€  - 142 pages -    

07:00 Publié dans RECITS | Tags : louis guilloux | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

Commentaires

Une bonne trouvaille que voilà! Je ne connaissais que Le sang noir.

Écrit par : keisha | 11/11/2022

Répondre à ce commentaire

Outre « Le Sang noir » il faut absolument lire « Le Pain des rêves », ce sont ses deux meilleurs livres.

http://lebouquineur.hautetfort.com/archive/2017/11/20/louis-guilloux-le-pain-des-reves-6000935.html

Écrit par : Le Bouquineur | 11/11/2022

Mais tu recommandes ? Cette "gentillesse", comme tu l'écris, ne gâche pas un peu l'ensemble ?

Écrit par : Ingannmic | 11/11/2022

Répondre à ce commentaire

C’est un peu l’ambiguïté du truc ! Si tu n’as jamais lu cet écrivain, va directement sur « Le Sang noir » et « Le Pain des rêves » qu’il faut absolument avoir lus. Ce mince ouvrage n’est que facultatif… mais sympathique.

Écrit par : Le Bouquineur | 11/11/2022

C'est noté, merci !

Écrit par : Ingannmic | 11/11/2022

Répondre à ce commentaire

Commémo ? ;-)

Écrit par : Sibylline | 11/11/2022

Répondre à ce commentaire

Oui, un peu …. Et non, puisqu’ici il s’agit de la deuxième Guerre mondiale. Mais je me suis fait la même réflexion en programmant la parution de ce billet !

Écrit par : Le Bouquineur | 12/11/2022

Écrire un commentaire