compteur de visite

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/05/2024

Un avis minoritaire

Peut-être, comme moi, avez-vous lu un roman que vous avez trouvé très mauvais, opinion contredisant l’avis général ou majoritaire chez les autres lecteurs ? Dans cette situation je suis toujours mal à l’aise. Non pas d’aller à contre-courant des autres mais parce que la seule question qui vaille, n’aurais-je rien compris à ce livre ? m’angoisse un peu.

Pourquoi n’ai-je pas vu ce que les autres y ont vu ? Suis-je idiot à ce point ? Ou bien trop intelligent ? Là je déconne bien entendu mais quand on analyse un problème toutes les hypothèses doivent être recensées. Si le roman est assez complexe ou très cultivé, je peux accepter de ne pas être à la hauteur pour cette lecture. Mais si c’est un bouquin « normal » ou classique. Ce peut être son humour qui n’est pas de mon goût et qui m’échappe, le traitement de son sujet qui me paraît rabâché, son écriture sommaire, etc. les causes de mon ennui peuvent-être multiples. Je me console en remarquant que peu de livres font l’unanimité, à l’exception des chefs-d’œuvre qui par définition sont rares. 

On a le droit de prendre le problème par un autre bout. Si un lecteur n’a pas compris un roman, pourquoi serait-ce obligatoirement de sa faute même si d’autres l’ont aimé ? Un livre, c’est un discours entre son lecteur et celui qui l’a écrit, c’est-à-dire l’écrivain. Supposons que le lecteur soit innocenté pour son incompréhension, le coupable du dit problème serait l’écrivain ! « Lorsque vous avez éliminé l'impossible, ce qui reste, si improbable soit-il, est nécessairement la vérité » disait Sherlock Holmes.

Point de vue du lecteur : n’ai-je rien compris ? Point de vue de l’écrivain : l’ai-je mal écrit ? That’s the question, comme disait un autre.