Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/07/2013

Marc Villemain : Ils marchent le regard fier

marc villemainMarc Villemain, né en 1968, est un écrivain français, également critique littéraire. Auteur de plusieurs romans, il a reçu le  Grand Prix SGDL de la nouvelle en 2009 pour Et que morts s’ensuivent. Son roman, Ils marchent le regard fier, vient de paraître. 

Un jour les vieux décident d’en finir avec ce diktat qui cherche à les marginaliser, les rejette sur les bas-côtés d’une société qui n’a d’yeux que pour la jeunesse. Ce monde qui voudrait, pour les plus généreux, que les vieux restent sagement cloués devant leur poste de télévision et pour les plus extrémistes, qu’ils disparaissent rapidement. A la tête de ce mouvement de protestation il y a Donatien qu’on surnomme « Le Débris » et Marie, sa femme. Un couple si sage et si amoureux, personne n’aurait pu penser qu’ils seraient les fers de lance de cette révolte. Il faut dire que Julien, leur fils, un jeune donc, a choisi son camp. Le narrateur n’a pas de nom, c’est un fidèle ami d’enfance de Donatien. Lui n’a pas fait d’études, il est resté célibataire et vit avec son chien Toto et sa sœur dans la ferme familiale, mais quand son ami vient le chercher pour lui expliquer son plan, créer une liste en vue des élections, lancer un mouvement révolutionnaire et monter à la capitale pour la manifestation, il n’hésite pas à le suivre. Pour le meilleur, comme pour le pire.

Il y a longtemps que je n’avais lu un tel roman ! Un sujet extrêmement original, c’est tellement rare qu’il ne faut pas hésiter à le dire, servi par une écriture tout aussi personnelle, le tout emballé dans quatre-vingt huit pages seulement ! Quand je pense qu’il y en a qui écrivent des pavés de cinq cents pages vides de sens… il ne faut pas hésiter à les casser quand on s’est laissé piéger.

Quelle place est réservée aux vieux dans nos sociétés vouées au jeunisme ? A partir de cette interrogation, Marc Villemain pousse le raisonnement à l’extrême. A une époque indéterminée mais que l’on devine pas réellement lointaine, des vieux sont attaqués par des jeunes dans les rues, des propos insoutenables les vouant à une mort rapide sont prononcés. Ces manifestations d’ostracisme à l’égard d’une frange de la population sont étrangement comparables aux actes racistes dont les journaux se font les échos de nos jours. Excédés, les « anciens » vont s’organiser pour lutter quand il sera proposé d’interdire le vote aux retraités puisqu’on ne l’autorise aux jeunes qu’à partir de dix-huit ans, « quatre millions à dire que si ça continuait, alors nous autres, les vieux, on allait la monter, notre liste aux élections ». 

Pour servir son propos, l’écrivain utilise une langue déroutante car fine et rustique, excusez l’oxymoron. Rustique, car le narrateur est un paysan qui ne s’est pas trop attardé à l’école. Les tournures de phrases sentent la campagne et le passé. Mais c’est aussi très fin, le ton est calme et le vocabulaire sans être rare, fait appel parfois à des mots dont le dictionnaire précise « vieux ou archaïsme stylistique ».

Un bon sujet, une écriture qui retient l’attention, un bouquin très mince, je ne vois pas quel argument on pourrait m’opposer pour ne pas lire cet excellent roman ?

 

 

« Je suis homme d’un monde lent, qui aime occuper son temps à le regarder passer. Et puis courir, ça n’a jamais aidé personne à voir ce qu’il y a devant. Moi, pas le genre à enjamber, faut que j’éprouve la terre sous mes souliers. Que ce soit le désert ou le bourbier, ce qu’il me faut c’est de savoir où se posent mes pieds pour aller où. Quand on a vécu soixante ans dans le même bourg (…) il faut dire qu’on ne se sent pas bien équipé pour la vie moderne. Donatien, lui, ça n’avait jamais été son problème. »

 

marc villemainMarc Villemain  Ils marchent le regard fier  Les Editions du Sonneur

07:47 Publié dans Français | Tags : marc villemain | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer |  Facebook | | |

Commentaires

Sur le site de ma médiathèque est indiqué qu'ils ne possèdent aucun exemplaire physique du document, ce qui signifie "on va l'avoir un jour, patience" J'ai appris à décrypter ces informations là.

Écrit par : keisha | 10/07/2013

Plus c’est long, plus c’est bon … Trêve de plaisanterie, le bouquin vaut toutes les attentes.

Écrit par : Le Bouquineur | 10/07/2013

Les commentaires sont fermés.