Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/03/2014

William Boyd : Orages ordinaires

Boyd Livre.jpgWilliam Andrew Murray Boyd, né en 1952 à Accra (Ghana), est un écrivain, scénariste et réalisateur britannique. Il fait ses études à l'université de Glasgow, à l'université de Nice, en Écosse et à Oxford où, après ses études, il enseigne la littérature. C'est à cette époque qu'il publie son premier roman Un Anglais sous les Tropiques (1984). William Boyd est marié et partage sa vie entre le Sud-ouest de la France (Dordogne) et Londres. Le roman, Orages ordinaires, est paru en 2010.

« De retour à Londres, après un long séjour aux Etats-Unis, le jeune climatologue Adam Kindred sort à peine d'un entretien d'embauche pour un poste à l'Imperial College que ce spécialiste des nuages voit son existence basculer brutalement : témoin inattendu du meurtre d'un homme dont il venait de faire connaissance, Adam se retrouve la cible de tueurs à gages et poursuivi par la police. Dépouillé de tout ce qui le définissait - sa carrière, sa réputation, son passeport, ses cartes de crédit, son portable et même ses vêtements -, le voilà contraint d'entrer dans la clandestinité et de rejoindre la horde de ces laissés-pour-compte condamnés à vivre totalement en marge de la société. »

L’écrivain aborde ici le thème des vies qui peuvent basculer d’un instant à l’autre, Adam jeune homme à l’avenir prometteur se retrouve à la rue, recherché par la police et poursuivi par un tueur mystérieux mais aussi les magouilles de l’industrie pharmaceutique pour mettre un nouveau médicament sur le marché. Pour décor il a choisi Londres et plus précisément les bords de la Tamise, toujours présente, au premier ou second plan ; si le touriste y verra un point de vue romantique, pour Adam Kindred ce ne sera pas un long fleuve tranquille.

C’est le second roman de William Boyd que je lis et ici encore j’en sors aussi étonné que ravi. Etonné, parce que je pourrais dresser une longue liste de critiques : il ne faut pas être trop pointilleux sur l’intrigue policière et sa crédibilité, il y a beaucoup de digressions et un suspense mou, la vie de SDF n’est pas si difficile que cela si on suit le parcours d’Adam Kindred « Il s’émerveilla lui-même de son aptitude à s’adapter, presque à s’épanouir dans ce monde hostile et sans pitié ». Ravi aussi pourtant, parce que le roman se lit avec une facilité déconcertante, on ne s’ennuie jamais, envoûté par l’écriture bien rythmée mais sans urgence, d’une simplicité désarmante pour le lecteur, faite de chapitres courts alternant les personnages. Une écriture maitrisée, signe d’un bon écrivain.   

William Boyd est l’archétype de l’écrivain « confortable », à trop vouloir décortiquer ses romans je n’y trouve rien de réellement remarquable – et quand je lis ou écoute les analyses faites par les professionnels je les trouve exagérées - mais pourtant je prends énormément de plaisir à le lire. Boyd, jamais exceptionnel mais toujours pourvoyeur de bonheur pour le lecteur.

 

« Je sais ce que Kindred fait, dit-il calmement d’un ton égal, en se renfonçant sur son siège. Je l’ai compris en l’attendant. Il a vécu là-bas, près de ce pont, depuis des semaines… Juste en se tenant à carreau. Il n’est pas stupide : il ne fait rien, il n’y a donc pas de trace. Pas de chèque, pas de factures, pas de notes, pas d’appels sur portable – cabines téléphoniques uniquement -, pas de cartes bancaires, du liquide – rien. C’est comme ça qu’on disparait au vingt et unième siècle – on  refuse simplement d’y participer. On vit comme un paysan au Moyen Âge : tu mendies, tu voles, tu dors sous un buisson. Voilà pourquoi personne ne pouvait le trouver – même pas la foutue Brigade criminelle au complet de la Metropolitan Police. »

 

Boyd.jpgWilliam Boyd  Orages ordinaires  Editions du Seuil – 476 pages –

Traduit de l’anglais par Christiane Besse

 

 

 

 

 

 

 

 

08:07 Publié dans Etrangers | Tags : william boyd | Lien permanent | Commentaires (4) |  Imprimer |  Facebook | | |

Commentaires

Tout à fait d'accord! Il se lit avec un bonheur constant , comme bien des auteurs anglais d'ailleurs. A la fin, je m'attendais à une suite, mais rien n'est venu.

Écrit par : keisha | 31/03/2014

Il est vrai Keisha que la littérature anglaise a de beaux atouts, souvent discrète et ne tapant pas à l’œil mais apportant de belles heures de lecture.

Écrit par : Le Bouquineur | 01/04/2014

J'ai beaucoup aimé ce roman, qui, s'il n'a rien d'extraordinaire, est pourtant très prenant, et fait tout de même pas mal réfléchir sur le basculement que peut rencontrer en vie, comme ça, presque "pour rien". Comment on passe de "avoir tout" à n' "être plus rien"...

Écrit par : Liliba | 04/04/2014

Je ne conteste pas la réflexion ouverte par ce roman mais elle n’est pas appuyée ou lourdingue, d’où ce plaisir absolu à le lire. Parmi les critères définissant un bon livre, il faut un fond (social, politique, moral etc.) et un style d’écriture, ici les deux sont réunis, le premier très subtilement.

Écrit par : Le Bouquineur | 05/04/2014

Les commentaires sont fermés.