Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/09/2016

Rituels d’avant lecture

J’ai déjà abordé ici la manière dont je choisissais mes lectures, l’épreuve physique que constituait la lecture, comment ranger mes bouquins dans ma bibliothèque, il y a une autre étape dont nous devons causer. Cet instant ultime - que je qualifierai de magique - qui précède la lecture d’un livre, ce moment où vous prenez possession de l’ouvrage pour l’entamer.

Tout d’abord, il y a le poids et le format du livre qui repose dans ma main. Selon ce qu’il en est j’en déduis la manière dont je le tiendrai en main durant tout le temps que je consacrerai à sa lecture. Soit il reposera dans le creux de la paume de ma main gauche, soit je devrai me servir des deux pour éviter qu’il ne glisse ; peut-être faudra-t-il même que je trouve une position assise différente, le livre reposant sur ma cuisse, s’il est trop lourd ou si je crains de l’endommager. Ca y est, après quelques hésitations, j’ai trouvé la meilleure manière de le maintenir à mon aise.

Si la jaquette du bouquin est amovible, je l’examine, photo de couverture, texte de quatrième de couv’, et je jette un oeil sur les retours intérieurs. Je déshabille même l’ouvrage de cette tenue – souvent tape à l’œil – pour vérifier comment se présente la vraie couverture du bouquin. Parfois je ne conserve pas cette jaquette mais souvent j’hésite à savoir quoi en faire, surtout quand elle est moche. Puis vient le livre lui-même. 

Je l’ouvre et le feuillette. Dans le meilleur des cas, cette manipulation me permet de humer l’odeur du papier. Parfois il n’a pas d’odeur, parfois ça pue un peu, quelquefois l’odeur mêlant le papier, l’encre et la colle me renvoie dans le passé car il me semble que les nouvelles éditions sentent de moins en moins. L’aseptisation touche tous les secteurs. Pourtant c’est tellement agréable d’avoir en main un bouquin qui dégage des odeurs de vieux papier ou de poussière, pourquoi pas même, un léger relent de moisi… Les amateurs de livres électroniques ne doivent rien comprendre à ce que j’écris ! Pauvres gens.

Entrons de plus près dans notre livre. Les toutes premières feuilles me renseignent, surtout pour les romans étrangers, sur l’année de parution du bouquin dans son pays d’origine (c’est parfois très important pour replacer le bouquin dans son contexte historique), son titre dans sa langue d’écriture, son éditeur. En général, je fonce après directement aux toutes dernières pages, là où je lis le nom de l’imprimeur français (Brodart et Taupin à La Flèche, par exemple) et la date de dépôt légal. A quoi ça me sert ? A rien ! Mais j’aime en prendre connaissance avant de lire un livre.

Maintenant voyons comment est foutu ce bouquin. Est-ce qu’il y a une table des matières ? Un glossaire ou un index ? Une bibliographie ? S’il y a des notes explicatives, sont-elles en bas de pages ou regroupées en fin d’ouvrage ?

Et le texte en lui-même comment se présente-t-il ? Est-ce qu’il y a des chapitres, longs ou courts, ou bien tout est-t-il tout d’un bloc avec éventuellement des sauts de lignes pour marquer les paragraphes ? Important aussi, la police de caractères, qui induira une lecture facile ou pas. Peut-être est-on en présence d’un bouquin avec une mise en page sortant de l’ordinaire, avec éventuellement des trucs écrits dans les marges.

S’il y a des photos je les regarde tout de suite. De même pour les remerciements de l’auteur en fin de bouquin, je les survole en ricanant toujours (merci papa, merci maman, merci le chien, merci mon éditeur, merci Roger et Allan sans qui….).

Tout cela ressemble fort au pointage de la check-list fait par les pilotes d’avion avant le décollage. Et c’est tout à fait cela puisque je me prépare à embarquer pour un voyage que j’espère long et réussi !

En est-il de même pour vous, avez-vous ces rituels maniaques ?

  

Commentaires

A bien y réfléchir, à part peut être voir le nombre de pages et sentir éventuellement une bonne odeur, je n'ai pas de rituel avant, mais en revanche ce que vous décrivez, je le vis au cours de ma lecture...

Écrit par : keisha | 16/09/2016

Répondre à ce commentaire

Je suis surpris, je vous imaginais bien « faire connaissance » avec le bouquin avant de vous lancer dans sa lecture… Mais c’est aussi tout l’intérêt de votre commentaire, chacun agit différemment et c’est très bien. Peut-être nous retrouverons-nous mieux lors d’un futur billet où j’aborderai mes rituels d’après lecture… ? Oui, je suis un mec à rituels.

Écrit par : Le Bouquineur | 16/09/2016

Au risque de vous choquer, j'ai une étape personnelle supplémentaire dans mon rituel personnel : je casse la tranche du livre, en plein milieu - et ensuite au fur et à mesure…
Je sais, c'est mal, mais je ne peux pas commencer à lire si je n'ai pas cassé la tranche - sauf pour La Pléiade, bien entendu...

Écrit par : condie rais | 17/09/2016

Répondre à ce commentaire

Aïe ! Aïe ! Aïe ! C’est rude ! Effectivement ça me choque un peu, d’autant qu’avec cette méthode et les techniques de brochages d’aujourd’hui, dans certains cas les pages doivent se détacher de l’ouvrage ? Par contre votre remarque sur les Pléiades m’étonne, car ces bouquins ne permettent pas cette manœuvre : ils sont tellement bien conçus qu’elle me parait en plus inutile…

Écrit par : Le Bouquineur | 17/09/2016

Je me suis mal exprimée ! Je ne casserai jamais la tranche d'un bouquin publié dans la Pléiade, d'ailleurs, c'est inutile et impossible... Je parlais des autres. Et oui, les pages se barrent toutes seules très souvent, ce qui m'agace. N'empêche, je casse... Après avoir humé le livre, regardé la 4e de couv, les remerciements et autres infos... Et lu la dernière phrase, toujours. Des fois qu'il m'arrive malheur avant d'avoir terminé. Je reconnais que tout ça est un peu idiot, mais ça fait (presque) 50 ans que je le fais, alors...

Écrit par : Condie Rais | 17/09/2016

Répondre à ce commentaire

Vous lisez la dernière phrase du roman tout de suite ? Ca c’est vraiment le truc que je ne ferai jamais ! En tout cas voilà un rituel bien particulier autant qu’étrange…

Écrit par : Le Bouquineur | 18/09/2016

Écrire un commentaire