Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/11/2016

Thomas McGuane : Le Long silence

thomas mcguane, john gierachThomas McGuane est né en 1939, dans le Michigan, d'une famille d'origine irlandaise. Il a étudié à l'université du Michigan où il rencontrera Jim Harrison qui deviendra son plus vieil ami, ainsi qu'à Yak et à Stanford. Ses romans paraissent à partir de 1969. Il est également l'auteur de scénarios pour le cinéma, notamment celui de Missouri Breaks (1976) d'Arthur Penn, avec Marlon Brando et Jack Nicholson. Quittant la vie tumultueuse du milieu du cinéma, il part habiter dans le Montana, où, entre rodéo et pêche sportive, il continue d'écrire. Il a depuis publié une dizaine de romans, des essais et des recueils de nouvelles. Couronné par de nombreux prix littéraires il a été élu membre de l'Académie américaine des arts et des lettres en 2010. Actuellement, il vit dans un ranch du Montana. Paru aux Etats-Unis en 1999, puis en 2003 chez nous sous le titre d’Intempéries, Le Long silence vient d’être réédité dans une nouvelle traduction.

Ce livre n’est pas un roman mais une suite de récits tournant tous autour de la pêche. Pêche à la truite, au bar rayé ou au tarpon sur des lieux allant du Montana à la Floride en passant par l’Argentine et la Russie, McGuane sait tout de cet art aussi vieux que le monde, que ce soient des techniques que du matériel. C’est aussi le point faible de ce bouquin, si vous n’êtes pas pêcheur comme moi – et je ne lui jetterai pas la pierre – certains passages sont particulièrement ardus à lire pour ne pas dire ennuyeux, accentués par le parti-pris compréhensible et expliqué par le traducteur, de conserver les termes anglais quand ils n’existent pas dans notre langue (« Le flat à bonefish est un terrain de signes complexe, presqu’aussi indéchiffrable qu’un chalk-stream d’Angleterre » Heu.. ?). Il faudra donc s’autoriser des accélérations dans la lecture pour profiter des points forts qui sont heureusement nombreux.

D’abord c’est bien écrit, on voit que nous avons là un véritable écrivain et c’est particulièrement visible quand Thomas McGuane s’éloigne de la pêche proprement dite, élargissant son propos par ses remarques sur la vie, ses réflexions existentielles (« Notre condition de mortels étant ce qu’elle est, toute nouvelle rivière pourrait être notre dernière ») ou les portraits de pittoresques personnages de rencontres. On s’amuse à lire sous sa plume qu’il « tient pour un chef-d’œuvre de la littérature mondiale, le catalogue du fabricant de cannes Paul Young, More Fishing and Less  Fussing »…

On retiendra surtout de cet ouvrage, hymne à la nature, le militantisme écologique de Thomas McGuane, « tout pêcheur doit se faire garde-rivière, intendant de hauts-fonds marins, veilleur de haute mer »,  passant par une forme de solitude assumée, « solitude, qui n’est pas, notez bien, la même chose que l’isolement. »

Un livre qui trouvera tout naturellement sa place à côté de celui de John Gierach (Traité du zen et de l’art de la pêche à la mouche) par exemple.

 

« Je doute qu’il eût détourné une seule fois les yeux du poisson pendant qu’il saisissait l’hameçon avec sa pince et qu’il me l’arrachait du cuir chevelu. Puis il tira une longue lime de la poche de son short et rajusta la pointe de l’hameçon. En retournant vers la plateforme de lancer, je sentis un filet de sang ruisseler sur ma nuque. Plus tard, lorsque je racontai à un ami du dock comment George m’avait aidé, il me demanda : « Il fait aussi les anniversaires d’enfants ? » »

 

 

thomas mcguane, john gierachThomas McGuane  Le Long silence  Gallmeister  - 367 pages –

Traduit de l’américain par Anatole Pons

Écrire un commentaire