compteur de visite

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/10/2021

Les romans BOF

Il existe de nombreuses catégories pour classer les romans dans les librairies : les polars, les thrillers, la SF, j’abrège car chaque année ou presque il en émerge de nouvelles comme les romans de Feel Good il y a peu et autres niaiseries du même acabit.

Et pourtant, il est une classification qui n’existe pas et donc qu’on ne trouve nulle part mais qui concerne une quantité extraordinaire de romans, je l’appellerais « les romans BOF » si quelqu’un me demandait mon avis. Certes, personne ne va me le demander, raison de plus pour que je le donne.

Bof, cette « interjection exprimant l’indifférence » comme le dit le Grand Robert, exprime parfaitement mon ressenti quand je sors de la lecture de tellement de romans. Je parle de ces romans qui ne sont pas des chefs-d’œuvre sans pour autant être des nanars, des bouquins qu’on lit sans déplaisir mais dont on ne retient rien une fois refermés. Evidemment ma démonstration aurait plus de poids si j’avais des statistiques à vous montrer mais ce n’est pas le monde littéraire qui va investir dans un tel sondage. Rien que d’y penser, ça leur donne des suées, d’ailleurs ils n’y pensent même pas et ils n’en dorment que mieux.

Cette catégorie coifferait toutes celles citées précédemment puisqu’il y a du Bof dans chacune d’elle, pire, certaines ne sont que du Bof ! Certains vont me dire, mais gros malin de Bouquineur, pourquoi y aurait-il une catégorie Bof puisqu’il n’y a pas de catégorie Chefs-d’œuvre ou Nanars ? pour reprendre vos termes. J’entends bien mon ami.e (ce qui m’ennuie avec l’écriture inclusive, c’est que je ne suis pas sûr qu’elle s’adresse à tous les sexes car il y a longtemps que j’en ai perdu le compte exact), ça n’existe pas dans les librairies ou les catalogues des éditeurs, mais à lire les critiques dans la presse, chef-d’œuvre apparaît de temps en temps et nanar (ou un synonyme) quelquefois en cherchant bien. Dans ces conditions, la dénomination Bof a toute sa place.

C’est alors qu’on peut s’interroger, pourquoi n’y a-t-il justement pas de catégories Chefs-d’œuvre ou nanar et par extension de Bof dans les librairies et catalogues ? Parce qu’il s’agirait de classer les livres selon leur qualité et non leur genre littéraire. Primo, ce serait contreproductif d’un point de vue commercial car qui achèterait des nanars ? Secundo, la qualité est un critère contenant une large part de subjectivité.

Donc, monsieur Jesaistout, votre Bof n’a pas d’avenir ? Officiellement, non. C’est vrai. Mais qu’importe, moi je l’utilise et continuerai tous les jours à l’utiliser dans mes réflexions ou dans mes billets. Non, mais !

Commentaires

Oui c'est subjectif, et pour un même lecteur ça peut varier au cours du temps pour un même livre.

Écrit par : keisha | 17/10/2021

Répondre à ce commentaire

La subjectivité, c’est le propre de tous les arts. Des critères d’excellence ou de médiocrité peuvent être pointés sans erreur, mais quels qu’ils soient, ce sera notre perception/réception personnelle d’un livre, d’un tableau etc. qui nous le fera aimer ou pas !

Écrit par : Le Bouquineur | 17/10/2021

Je suis justement en train de lire un livre Bof!! :-D et le pire c'est qu'on en dit généralement du bien. Je me sens seule...

Écrit par : Sibylline | 17/10/2021

Répondre à ce commentaire

Il y a longtemps que les critiques professionnels ou pas, ne conditionnent plus mes choix de lectures. La seule chose que j’essaie d’en tirer, c’est de savoir de quoi parle le livre, après qu’ils aiment ou pas… Quant aux livres BOF il me semble qu’ils représentent la majorité de ce qui se publie et c’est en fait assez logique : chefs-d’œuvre et nanars épouvantables ne peuvent qu’être rares.

Écrit par : Le Bouquineur | 17/10/2021

Si on y réfléchit bien, ne pourrait-on considérer les piles de livres sur les tables des libraires comme de probables livres BOF ? En effet, n'avez-vous pas remarqué que le livre qu'on cherche, celui dont on sait qu'il est bien écrit, que son auteur a un univers qui lui est propre et très éloigné du moindre nombrilisme, que cette fiction tend au mythe universel (genre Mme Bovary, De grandes espérances, Des souris et des hommes, ...), oui, celui qu'on demande au libraire, il est dans un coin ?
Bonne journée !

Écrit par : Bonheur du Jour | 18/10/2021

Répondre à ce commentaire

« Ne pourrait-on considérer les piles de livres sur les tables des libraires comme de probables livres BOF ? » très certainement, puisque la majorité des livres publiés - pour moi – sont des livres BOF ! Une simple loi statistique à mon avis… qui laisse peu de place aux chefs-d’œuvre, relégués dans un coin.

Écrit par : Le Bouquineur | 18/10/2021

Bonjour Le Bouquineur, les livres "bof" sont nombreux chez les libraires, ni bon ni mauvais, qu'on oublie dès qu'on les a lus. Dommage qu'ils soient si nombreux, cela éviterait que l'on perde son temps. Bonne journée.

Écrit par : dasola | 22/10/2021

Répondre à ce commentaire

Dommage oui, mais logique aussi…. Les romans comme tout dans le monde, ne peuvent être partagés qu’entre très bon et très mauvais, l’un et l’autre exceptions à la règle générale. Seuls les éditeurs pourraient contrevenir à cette logique, mais il faut bien qu’ils vivent… et toute censure ne peut qu’être préjudiciable.

Écrit par : Le Bouquineur | 22/10/2021

Écrire un commentaire