compteur de visite

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/12/2021

Jim Harrison : La Recherche de l’authentique

Jim Harrison, Dostoïevski, Tom McGuane, Doug PeacockJim Harrison (1937-2016), de son vrai nom James Harrison, est un écrivain américain. Il a publié plus de 25 livres, dont les renommés Légendes d'automne, Dalva, La Route du retour, De Marquette à Vera Cruz… Membre de l'Académie américaine des Arts et des Lettres, Jim Harrison a remporté la bourse Guggenheim et a déjà été traduit dans 25 langues.

La recherche de l’authentique qui vient de paraître est un recueil d’une quarantaine de textes parus dans des magazines américains depuis 1970, traduits pour la premières fois. Vous comprendrez aisément qu’il est impossible de tous les résumer mais pour vous donner la teneur générale du bouquin il suffit de consulter la table des matières pour constater que ces textes ont été regroupés en cinq parties, cinq thématiques qui néanmoins peuvent se chevaucher :

La première évoque « l’amour, l’esprit et la littérature », c’est l’une de mes préférées, Jim Harrison explique pourquoi il écrit, ses écrivains préférés (Dostoïevski, Tom McGuane…), ses coups de cœur de jeunesse (l’actrice Lauren Hutten). Les deux chapitres suivants sont plus classiques, puisqu’il y est question de pêche (la truite en rivière, le tarpon en mer) puis de chasse (uniquement des volatiles comme la gélinotte). Un quatrième chapitre se nomme « Autres articles de journalisme sportif », enfin le dernier a trait au « Michigan, Montana et autres lieux sacrés », un très bon chapitre encore.

Textes autobiographiques revenant sur ses souvenirs de jeunesse, la perte de son œil, les décès conjoints de sa sœur et son père dans un accident de voiture, mais plus heureux aussi quand il évoque l’amour de la littérature et de la nature que son père lui a transmis. Le bouquin idéal pour se faire une bonne idée de l’homme, sa philosophie de la vie, son bon sens, son rejet du bling-bling et ses grandes passions, la littérature et la nature.

Une nature, à le lire, qu’on pourrait croire vierge, comme s’il subsistait des zones du continent nord-américain où la main de l’homme n’a jamais mis le pied ! Jim Harrison a fréquenté une quantité incroyable de gens connus (écrivains, acteurs etc.), Harrison c’est l’homme qui connait l’homme (Doug Peacock) qui a vu l’ours… Forêts, prairies, rivières, neige ou grosses chaleurs, grands espaces, l’écrivain a foulé toutes ces régions à chaque saison, feuilleter ce livre étourdit le lecteur, comme une longue randonnée où les poumons font le plein d’air frais et pur.

Le livre regorge d’anecdotes bien évidemment, comme celle-ci, en 1971 Big Jim et son pote McGuane sillonnent le Montana dans la Porsche (!!) du second et de cette virée naitront les idées ayant permis au premier d’écrire Légendes d’automne et à l’autre le scénario de Missouri Breaks, l’excellent film avec Jack Nicholson et Marlon Brando. 

Un bon bouquin dont je conseillerai une lecture à petites doses, en picorant selon l’humeur, tel ou tel texte, ce n’en sera que plus profitable.

 

« Nous avons enfin une maison où vivre et j’ai survécu à ma crise tout à fait banale grâce à la pêche à la truite. La seule fois de ma vie où cette panacée n’a pas marché, ç’a été au début de nos vacances de l’automne passé, le 11 septembre pour être exact, quand je me suis réveillé paniqué par le ton de la voix de mon épouse. Elle m’a montré l’écran de télévision et je l’ai regardé pendant une heure avant de me dire que je n’avais pas besoin de voir plus de cent fois ces avions percutant les Twin Towers. Une seule fois durerait toujours. Je suis allé pêcher malgré tout avec une boule dans la gorge qui ne m’a pas lâché de la journée. En fin d’après-midi, je n’ai vraiment eu aucune envie de retourner dans le monde réel. »

 

Jim Harrison, Dostoïevski, Tom McGuane, Doug PeacockJim Harrison   La recherche de l’authentique   Flammarion  - 414 pages -     

Traduit de l’anglais (Etats-Unis) et préfacé par Brice Matthieussent

Écrire un commentaire