compteur de visite html

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/10/2019

Paul Cleave : Cauchemar

paul cleavePaul Cleave, né en 1974 à Christchurch, est un écrivain néo-zélandais. Après avoir travaillé comme prêteur sur gages pendant sept ans, il retourne à ses premières amours - l'écriture - et publie son premier roman, Un employé modèle en 2006 qui connaît un succès international. Son dernier opus, Cauchemar, vient de paraître.

Une bourgade des Etats-Unis. Alyssa, une jeune fille disparue est sauvée des mains de ses ravisseurs par Noah, l’un des adjoints du shérif. Ses méthodes pour parvenir à ses fins ont néanmoins ruiné sa carrière et sa vie, un divorce et l’exil vers une plus grande ville comme gérant d’un bar. Mais quand douze ans plus tard, Alyssa disparaît à nouveau, son ex-femme réclame son aide…

Le roman débute vraiment bien : Noah torture un suspect pour le faire avouer où se trouve Alyssa, c’est musclé et sanglant tout en posant la fameuse question éthique, le Bien doit-il en venir à faire le Mal quand une vie humaine est en danger ? Waouh et….. Pschitt ! Car après ça dégénère grave.

Durant deux cents pages je me suis laissé prendre au jeu, fermant les yeux sur les improbabilités du scénario. Rien de folichon mais le rythme est enlevé, on veut savoir comment tout cela va se terminer, mais fermer les yeux sur des situations abracadabrantes et un scénario tiré par les cheveux trop longtemps, ça vous use la patience d’un lecteur. De temps à autre Paul Cleave se prend pour un écrivain et nous glisse des passages sur les femmes battues ou le secret de la confession pour faire sérieux mais tout cela est d’une banalité absolue.

Les pages défilent car il tire à la ligne, les cadavres s’empilent, les suspects potentiels se succèdent dans cette petite ville où tout le monde se connait, la moralité est rangée au fond du placard depuis longtemps, tout devient de plus en plus – j’ose le dire – crétin. Et l’épilogue m’achèverait si je n’étais déjà mort d’ennui depuis longtemps.

Paul Cleave n’a jamais été un écrivain génial, un ou deux romans très potables, là nous touchons le fond du panier. Existe-t-il une procédure pour se faire rembourser ?

 

«  Il fixe l’ordinateur. Je m’écarte de la fenêtre et retiens mon souffle quelques instants avant de regarder de nouveau. Il ne scrute plus l’ordinateur, mais les meubles de rangement. Il les ouvre et farfouille à l’intérieur. Il observe les cartons par terre. Il donne de petits coups de pied dedans puis se tourne vers la penderie. Il a soudain l’air soucieux. Il sait que quelqu’un est venu. Il ouvre la porte de l’armoire, commence à retirer les vêtements qui y sont suspendus. Il respire bruyamment. Quand l’espace est dégagé, il pousse un panneau de la taille d’une demi-porte au fond de la penderie. Celui-ci s’ouvre et révèle une cavité dont il tire un carton. Il l’ouvre… »

 

 

paul cleavePaul Cleave   Cauchemar   Sonatine – 411 pages –  Parution le 7 novembre 2019 -

Traduit de l’anglais (Nouvelle-Zélande) par Fabrice Pointeau

 

07:00 Publié dans THRILLERS | Tags : paul cleave | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |