compteur de visite html

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/10/2012

William Trevor : Cet été-là

Trevor Livre 48338461_10289698.jpgSir William Trevor de son vrai nom William Trevor Cox est né le 24 mai 1928 dans le comté de Cork en Irlande. Romancier, nouvelliste, dramaturge et scénariste, lauréat de nombreux prix littéraires aussi bien en Irlande qu'en Grande-Bretagne ou aux États-Unis, membre de l'Académie irlandaise, il a été anobli par la reine Élisabeth II d'Angleterre. Paru en 2009, Cet été-là est l’un de ses romans les plus célèbres.

Plantons le décor, une petite ville d’Irlande au début des années 50. Ensuite présentons les personnages : Dillahan, un fermier veuf d’une femme et d’un bébé, tous deux tués dans un accident agricole. Depuis, il s’est remarié sous la pression de ses sœurs avec Ellie, une jeune femme recueillie et élevée par une institution religieuse, qu’il prend d’abord comme gouvernante avant d’en faire son épouse. Au village, Miss Connulty tient un « Bed & Breakfast » réputé et son frère Joseph Paul gère le dépôt de charbon, on peut les considérer comme des notables. Enfin, parmi les ombres familières dans ce petit pays, Orpen Wren, jadis secrétaire il erre misérablement, l’esprit un peu dérangé depuis la déchéance et la mise en liquidation il y a une trentaine d’années, de la riche demeure des St John. 

Un jour, au début de l’été, un jeune inconnu arrive en ville. Avec son vélo, son appareil photographique et son chapeau, il ne passe pas complètement inaperçu, sans que personne ne sache exactement qui il est. Florian Kilderry est orphelin, revenu au pays le temps de vendre la propriété familiale tombée au plus bas, avant d’entreprendre un long voyage à l’étranger où il espère des cieux meilleurs. Ellie va tomber amoureuse de Florian, inutile de le cacher ou de créer un faux suspense. Il rompt la monotonie de sa vie et lui ne réalise pas assez tôt l’importance de sa présence pour elle. Je tairai le dénouement, bien entendu, « Amour d’été, on le sait, ne dure pas toujours » nous chantait l’autre jadis, mais là n’est pas l’essentiel encore qu’il atteigne au sublime par sa simplicité désarmante. Le synopsis n’a que peu d’importance, il ne s’agit pas d’un thriller ou d’un polar.

Si ce roman est remarquable, et il l’est, ô combien ! C’est à l’écriture et au style de William Trevor qu’il le doit. Comment vous décrire ce talent consistant pour l’écrivain à faire ressentir au lecteur, la manière dont s’instille à petites touches, la présence de Florian dans l’esprit d’Ellie ? Comment résumer cette façon d’écrire, où des phrases importantes sont introduites abruptement au milieu de digressions ou descriptions sans importance particulière ? Il faut aussi évoquer la précision du vocabulaire employé par l’écrivain, la densité de son écriture même si paradoxalement elle semble très légère quand on ne s’attarde qu’à une seule phrase.

La construction du roman est elle aussi un pur chef-d’œuvre, si les deux amants sont le centre du roman, pour autant leur présence physique conjointe n’occupe que peu de pages dans l’ouvrage. Ce sont les autres personnages, traités comme des acteurs principaux qui par leurs actions et interactions créent l’ambiance et le ton général. William Trevor nous donne avec ce livre, le grand roman de la délicatesse des sentiments qui culmine avec un épilogue qui nous évite de tomber dans le nunuche ou l’improbable.

Un très, très beau livre qui touche le lecteur au cœur de sa sensibilité.    

 

« - Pourquoi est-ce que tu pars, d’abord ? – Une fois la maison vendue, je n’aurai nulle part où vivre en Irlande. – Je ne savais pas que ta maison était à vendre. – Il y a des dettes que je dois payer – puis après une courte pause : Cela aurait gâché notre été si je t’en avais parlé avant. – Elle détourna les yeux et il devina qu’elle avait peur de demander combien de temps il leur restait. »

 

william_trevor.jpgWilliam Trevor  Cet été-là  Phébus

Les commentaires sont fermés.