compteur de visite html

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/10/2012

Françoise Chandernagor : Les Dames de Rome

Chandernagor Livre 51WrfifTWSL._BO2,204,203,200_PIsitb-sticker-arrow-click,TopRight,35,-76_AA300_SH20_OU08_.jpgFrançoise Chandernagor, née en 1945, est une écrivaine française Membre de l'Académie Goncourt, elle est la fille d'André Chandernagor, ancien député de la Creuse et ministre du gouvernement Pierre Mauroy. Son roman Les Dames de Rome, qui vient de paraître, est le second volet d’une trilogie nommée La Reine oubliée.

Le roman s'ouvre sur l'arrivée à Rome des trois enfants de Cléopâtre et de Marc Antoine exhibés lors du triomphe d'Octave, avant d'être confiés à Octavie, soeur aînée d'Octave et première dame de Rome, qui vit entourée d'enfants : ceux qu'elle a eu avec Antoine et ceux qu'il avait eus avec sa première épouse. Après la disparition brutale de ses frères qu’on suppose assassinés, Séléné va grandir au milieu de cette tribu impériale, faisant lentement sienne la culture romaine. Si on marie à peine pubères les autres filles selon des jeux d'alliances complexes, Séléné reste une paria. Octavie qui s'est attachée à la petite prisonnière va pourtant manigancer pour lui faire épouser Juba, roi de Maurétanie, de l'autre côté de la Méditerranée, bouleversant le destin de la dernière des Ptolémée.

Je dois avouer que le bouquin m’a été offert, ce qui signifie que je ne l’aurais pas lu de ma propre autorité. Vous devinez où je veux en venir. Je me suis ennuyé à mourir comme rarement, à la lecture de ce roman ! Ces histoires de familles avec des mômes venus de partout par filiation ou carrément adoptés, très peu pour moi. Ca a beau être de l’Histoire, c’est d’un ennui mortel. D’ailleurs l’écrivaine s’en doute, puisqu’elle écrit (page 63) « On s’y perd, hein ? On s’embrouille ? Pas étonnant ! ». Je sais que je ne serai pas compris et même décrié, mais passez-moi l’expression qui résume parfaitement ma pensée en peu de mots, c’est un roman pour bonnes femmes !

L’idée de romancer l’Histoire pour la rendre compréhensible au plus grand nombre est très bonne et louable, le problème c’est que l’écriture est quelconque et qu’on se noie dans cette foule de personnages présentés un peu mièvrement. Du coup on obtient l’effet inverse à celui recherché, ces petites histoires nous fatiguent ou ennuient et on regrettela grande Histoirelue dans les bouquins scolaires, un comble !

Cette sensation est confortée parla longue Notede l’auteur, en fin d’ouvrage, où Françoise Chandernagor reprend son roman en trente pages, mais sous l’angle historique pur, références et état des connaissances actuelles sur le sujet, et là c’est réellement passionnant.

Un roman complètement raté, ou à peu près, pour un cours d’Histoire réussi in extremis.  

« Julie, tendre et libertine, généreuse et fantasque, sera la plus belle des « cent fleurs » poussées sur le terreau de la dictature paternelle, la plus belle et la plus aimée du peuple romain. Pour l’heure, n’écoutant que son bon cœur, elle se désole pour sa cousine Marcella. Elle n’a pas voulu, dit-elle, lui prendre son vieux mari. Et si on lui avait demandé son avis, elle aurait autant aimé, quant à elle, épouser Iullus, qui a vingt ans et qui n’est pas laid. »

 

 

chandernargor_portrait.jpgFrançoise Chandernagor  Les Dames de Rome  Albin Michel

 

 

Les commentaires sont fermés.