compteur de visite html

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/11/2012

Michel Houellebecq : La possibilité d’une île

Houellebecq Livre.jpgMichel Houellebecq, né Michel Thomas à la Réunion, en 1956 selon son acte de naissance ou en 1958 selon lui ! Son nom de plume est le nom de jeune fille de sa grand-mère paternelle qui l’éleva. Michel Houellebecq est poète, essayiste, romancier et réalisateur de cinéma. Depuis la fin des années 1990, il est l'un des auteurs contemporains de langue française les plus connus et traduits dans le monde. En 2010 il reçoit le prix Goncourt pour La Carte et le Territoire.

La Possibilité d'une île, son quatrième roman, a été publié en 2005 et il reçut le prix Interallié. Trois ans plus tard l’écrivain en fera un film qu'il réalisera lui-même avec Benoît Magimel dans le rôle principal. Sa sortie sur les écrans en 2008 se soldera par un échec commercial autant que critique.

La possibilité d’une île est un roman d’anticipation. Daniel est artiste de scène, humoriste, provocateur et cynique, estimant que le plus grand bénéfice de son métier « c’est de pouvoir se comporter comme un salaud en toute impunité ». Un premier mariage raté, sa femme l’a plaqué et son fils s’est suicidé.

Quand le roman débute, Daniel écrit le récit de sa vie, mais c’est là aussi que le bouquin entre dans la catégorie « anticipation » car il ne s’agira pas uniquement de sa vie. Ce seront les vies successives de tous les Daniel qui les uns après les autres viendront remplacer le précédent au cours des siècles futurs, s’enrichissant chacun du vécu des autres. Michel Houellebecq faisant du clonage et de la création artificielle aboutissant à la vie éternelle, le thème central de son roman, une vaste fresque courant de l’Homme d’aujourd’hui au néo-humain du Futur. Les chapitres du livre sont autant de point de vue, principalement de Daniel 1 (celui d’aujourd’hui) que de ses successeurs, Daniel 23 ou 25 (plusieurs siècles plus tard).  

A travers cet épais roman recouvrant un temps non moins grand, l’écrivain a tout loisir pour développer sa réflexion sur notre société et ça fuse de toutes parts. Critiques sur la presse et le cinéma, considérations sur l’art moderne et les idéologies politiques ou bien du rire comme représentation de la cruauté. Sachant que ce sont les relations entre hommes et femmes qui restent son sujet de prédilection et donc le sexe.

Les scènes sexuelles très détaillées ne manquent pas, balançant entre but éducatif et argumentation sur sa manière de voir la vie. De façon plus générale, pour l’auteur, nos corps expliquent nos actes, « l’état de nos corps constitue la véritable explication de la plupart de nos conceptions intellectuelles et morales ». C’est évidemment aussi l’occasion de placer une analyse sur l’amour de nos jours, « Esther n’aimait pas l’amour, elle ne voulait pas être amoureuse, elle refusait ce sentiment d’exclusivité, de dépendance, et c’est toute sa génération qui le refusait avec elle ».

Michel Houellebecq aborde aussi les thèmes, du bonheur, de la religion, de la morale, de la mort et de la résurrection donc de la vie éternelle par le biais d’une secte qui ressemble fort au mouvement Raélien. L’euthanasie des vieillards ou l’inceste sont aussi évoqués mais sans trop insister heureusement car parfois son manque d’empathie et ses analyses froides laissent un goût amer dans la bouche du lecteur. L’écrivain est un maître dans la dissection de l’âme/nature humaine, ce qui le rend particulièrement éprouvant à suivre quand il met à nu nos pensées les plus intimes et les moins reluisantes.

Un roman qui se lit très bien, écrit avec virtuosité par un écrivain qui n’hésite pas à mettre beaucoup de lui-même dans son texte tout en nous embarquant personnellement dans son sillage, parfois contre notre volonté, et qui nous force à réfléchir tout au long de ces cinq cents pages denses et riches en thèmes abordés. Philosophe ou moraliste provocateur, Michel Houellebecq ne peut laisser indifférent et en cela son livre est grand.         

 

« « Au fond on naît seul, on vit seul et on meurt seul ». (…) De telles dispositions d’esprit ne peuvent guère, à long terme, favoriser une sociabilité riche. La sociabilité avait fait son temps, elle avait joué son rôle historique ; elle avait été indispensable dans les premiers temps de l’apparition de l’intelligence humaine, mais elle n’était plus aujourd’hui qu’un vestige inutile et encombrant. »

 

 

Houellebecq.jpgMichel Houellebecq  La possibilité d’une île  Fayard

 

 

 

 

 

 

 

Pour aller plus loin, voici une interview de Michel Houellebecq par Thierry Ardisson lors de la sortie du roman.  

 

07:05 Publié dans Français | Tags : michel houellebecq | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | |

Commentaires

Un grand bouquin avec des idées et encore des idées ! Un style percutant au service d'une imagination débordante. Et...pas de langue de bois avec Houellebecq.

Écrit par : MÜLLER | 17/08/2013

Les commentaires sont fermés.