compteur de visite

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/04/2014

Peut-on parler de ce que l’on ne connait pas ?

Quand on tient un blog littéraire – qualificatif souvent pompeux mais nécessaire pour annoncer de quoi le patron veut vous causer – on est sensé aborder la littérature, or, le terme englobe tellement de genres différents qu’annoncer « littéraire » et ne rien dire, revient un peu au même.

On pense immédiatement au roman qui lui-même se décompose en roman d’aventure, d’amour, policier, d’anticipation, social etc. En général, il semble que les blogs soient particulièrement axés sur ce type d’ouvrages. Certainement parce que lorsque l’on sait lire, on lit surtout des romans. Pourtant d’autres écrits ont leurs amoureux, comme la poésie ou le théâtre, mais ce genre a l’air confidentiel, réservé à des cercles très fermés, des initiés en somme.

De là à en déduire que poésie et théâtre ne s’adressant pas à tout le monde, seuls ceux qui en font leur miel quotidien seraient habilités à en parler, il n’y a qu’un pas vite franchi. Il est  certain que les codes de lecture diffèrent de ceux du roman et intimident le béotien.

J’ai été confronté à un dilemme par deux fois, quand un poète et un homme de théâtre m’ont offert leur texte (voir ces deux rubriques ci-contre). D’habitude je ne m’aventure jamais dans ces domaines de la littérature que j’ai du mal à comprendre ou dont ma compréhension reste le plus souvent superficielle, ne touchant jamais mon cœur ou mon âme, la forme me barrant l’accès au fond. Mais là, poussé par l’occasion, j’ai pris ces deux aventures comme des challenges ou des défis intellectuels. J’allais me forcer à étudier des textes, sans mes repères habituels et sans manquer de culot, pousser le bouchon plus loin encore, en en rédigeant une critique ! Pas moins.

Finalement, l’expérience s’est avérée intéressante et instructive. Je ne prétends pas avoir rédigé une « bonne » critique de ces deux ouvrages mais en tant que lecteur lambda, j’ai exprimé mon sentiment. D’ailleurs pour être honnête, je ne vois pas pourquoi mes critiques de romans seraient plus pertinentes que celles de poésies ou de pièces de théâtre, je n’ai pas plus de qualifications certifiées pour les uns que pour les autres. 

Je n’ai qu’une seule certitude, l’honnêteté autorise tout. Et ce n’est pas parce que la poésie et le théâtre sont peu lus (je crois ?) qu’ils ne s’adressent pas à tout le monde ! Ce serait faire une erreur et se sous-estimer que de croire qu’on n’a pas le droit de donner son avis sur des textes, dont a priori, on pense qu’ils seraient réservés à d’autres. Les textes, de quelque nature soient-ils sont destinés à tous ; chacun y comprendra ce qu’il pourra en fonction de sa personnalité et de ses connaissances, mais tous auront le droit de donner leur sentiment.  

D’où ma question du jour, un lecteur peu familier de poésie ou de théâtre peut-il néanmoins se risquer à en faire une critique sur son blog ? En a-t-il le droit moral, oserai-je demander ? Ou de manière plus générale encore, peut-on parler de n’importe quel ouvrage relevant de la littérature même si on ne connait rien à ce genre ? Vous bloggeurs, vous interdisez-vous de parler de certains textes pour cette raison ?

 

 

07:51 Publié dans Les débats | Lien permanent | Commentaires (10) |  Facebook | | |

Commentaires

C'est simple, je ne lis pas de théâtre et très rarement de la poésie, par goût tout bêtement. En revanche je lis vraiment une bonne proportion de non romans, dans les 20% ou 25% de mes lectures.
Pour terminer avec le personnel, j'assiste à pas mal d'événements culturels sans rapport avec les livres, et me demande toujours si je dois en parler et comment. Cinéma, concerts, etc...
Nous nous éloignons des textes, là.

Écrit par : keisha | 26/04/2014

Concernant les évènements culturels, soit votre blog reste exclusivement consacré aux livres et ils n’ont pas leur place ici, soit vous décidez d’élargir votre champ d’action. Certains le font, c’est un choix personnel qui se défend. Par contre, pourquoi ne parlez-vous pas des 25% de non romans dans votre blog ? Et qu’entendez-vous par « non romans » : essais sociologiques, livres techniques ?

Écrit par : Le Bouquineur | 27/04/2014

Il m'est arrivé de chroniquer des recueils de poèmes mais cela date de plusieurs années. Je n'en ai pas lu depuis trois ans au moins. Le théâtre, je n'y vais plus depuis longtemps.
Ce ne sont pas des choix, cela dépend du contexte dans lequel on doit vivre.

Écrit par : dominique | 27/04/2014

Finalement il se confirme que théâtre et poésie ne fassent guère recette...

Écrit par : Le Bouquineur | 27/04/2014

Mon blog propose 217 livres "non fiction", catégorie qui recouvre bien des livres (autour de la lecture, biographie, correspondance, scientifique, etc...)
Mon blog était aussi censé parler de voyages, mais comme je ne fais pas de grands voyages actuellement... Je vais tester des billets plus axés sur les concerts (mais je peux changer d'avis)

Écrit par : keisha | 28/04/2014

Des billets axés sur les concerts peuvent apporter une aération, une pause au milieu de la quantité astronomique de bouquins que vous chroniquez... Une expérience qui peut être intéressante.

Écrit par : Le Bouquineur | 28/04/2014

Merci de l'encouragement... ! Un problème que je ressens c'est que pour un livre je peux savoir que mon lecteur peut se le procurer, pour un film le voir au ciné ou en DVD, pour un voyage parfois s'en inspirer (cela m'est arrivé), mais pour un concert "unique", que faire? Je réfléchis.
(et les journées pluvieuses n'arrangent pas le nombre astronomique de lectures, soyez en persuadé ^_^)

Écrit par : keisha | 30/04/2014

Le concert même unique peut, soit apporter un éclairage nouveau sur des œuvres musicales connues, soit signaler des interprètes méritant qu’on les suive (donc ailleurs), soit donner envie de jeter une oreille à une discographie. Les portes restent ouvertes à de multiples actions induites… Maintenant il est certain que si à tous les bouquins vous ajoutez d’autres sujets de billets, il faudra en faire plusieurs par jour !

Écrit par : Le Bouquineur | 30/04/2014

Par principe, j'ai décidé de parler sur mon blog de tout ce que je lis, c'est à dire en fait 95% de romans et très peu de théâtre... Mais il fut un temps où je me régalais avec la poésie et le théâtre et où j'en ai énormément lu, notamment les classiques.
Ai-je le "droit" d'en parler ? Suis-je pertinente ? Oui, parce que j'estime que je donne un avis personnel, qui vient du coeur ou des tripes et pas du tout un avis de censeur professionnel...

Écrit par : Liliba | 01/05/2014

Voilà une réponse très claire à la question posée. Nous sommes bien d’accord, donner « un avis personnel, qui vient du coeur ou des tripes et pas du tout un avis de censeur professionnel » autorise chacun à exprimer ce qu’il pense d’une œuvre. Merci Liliba pour votre intervention.

Écrit par : Le Bouquineur | 02/05/2014

Les commentaires sont fermés.