Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/03/2016

Leo Perutz : Le Maître du Jugement dernier

leo perutzLéo Perutz est un écrivain autrichien de langue allemande né à Prague en 1882. Il quitte la Bohème à l'âge de 17 ans pour Vienne où il étudie les mathématiques et la littérature. Il s'intéresse à la théorie des jeux de hasard et commence par travailler dans une compagnie d'assurances avant d’être appelé au combat pendant la Première Guerre mondiale, au cours de laquelle il est blessé. De retour à Vienne, il publie son premier ouvrage et entreprend de nombreux voyages. Il quitte l'Autriche pour la Palestine en 1938, au moment de l'Anschluss. Léo Perutz meurt en 1957. Le Maître du Jugement dernier est paru en 1923.

Vienne, en 1909. Au cours d’un récital privé de musique de chambre, on découvre le corps sans vie du célèbre acteur Eugen Bischoff. Les circonstances de sa mort sont pour le moins mystérieuses, suicide provoqué ou meurtre maquillé ? Les soupçons se portent très vite sur le baron von Yosh, toujours amoureux de Dina, l’épouse de Bischoff, avec laquelle il eut une courte liaison avant son mariage. Une enquête menée en secret par Waldemar Solgrub, un ingénieur, membre du petit cercle d’intimes comprenant les susnommés ainsi que le docteur Gorki et Félix le frère de Dina, bascule soudain dans le plus grand mystère quand d’autres morts, toutes très troublantes, vont se produire.

Je m’interroge souvent sur cette pratique consistant à catégoriser les livres en romans, polars, thrillers etc. J’en vois très bien le côté pratique et globalement adéquat mais combien de polars m’ont semblé faibles considérés comme tels alors qu’ils étaient de bons romans pour autant. C’est le cas inverse ici, ce roman de Leo Perutz est en fait un excellent thriller !

Je connaissais l’écrivain pour Le Tour du cadran, très bon roman avec une poursuite haletante, ce bouquin-ci est un suspense très prenant, voire envoûtant, car l’énigme du début qu’on pouvait associer à des intrigues genre Le Mystère de la chambre jaune, par exemple, va prendre un tour ésotérique, ce qui ne fait qu’amplifier l’écarquillement des yeux du lecteur pressé d’en connaître l’épilogue. Fin du roman astucieusement négociée par Perutz, puisqu’elle est double et reste ouverte à toutes les interprétations. Du coup, même ceux qui n’aiment pas l’intrusion du surnaturel dans leurs lectures, peuvent opter pour l’autre hypothèse proposée. Malin, le gars !

Si l’intrigue générale est peut-être un peu datée dans son développement, l’écriture est assez moderne et enlevée pour nous faire oublier l’ancienneté de ce très bon roman.

 

« Il a choisi librement de mourir, dis-je à mi-voix. – Tiens donc ! Librement ! s’écria l’ingénieur d’une voix si virulente que je sursautai. En êtes-vous bien sûr ? Je vais vous dire une chose, baron : j’ai été le premier à pénétrer dans cette pièce. La porte était verrouillée de l’intérieur. J’ai dû briser la vitre de la fenêtre (…) J’ai vu son visage. J’ai été le premier à voir son visage. Et je vous dis : l’horreur qui avait déformé les traits (…), cette expression d’horreur n’était rien en comparaison de celle que j’ai vue sur le visage d’Eugen Bischoff. Il a eu une peur insensée de quelque chose qui nous est inconnu. (…) Eugène Bischoff a été acculé au suicide. » 

 

 

leo perutzLeo Perutz  Le Maître du Jugement dernier  Fayard  - 211 pages –

Traduit de l’allemand par Jean-Claude Capèle

07:43 Publié dans Etrangers | Tags : leo perutz | Lien permanent | Commentaires (6) |  Imprimer |  Facebook | | |

Commentaires

Ce qui confirme que je dois vraiment découvrir cet auteur. J'ai le fameux "Cavalier suédois" sous la main, dont on dit le plus grand bien. Avec ton billet je découvre quand même que l'auteur s'est livré au thriller haletant.

Écrit par : Sandrine | 11/03/2016

« Le cavalier suédois » est effectivement l’un de ses romans les plus renommés mais il était sorti quand je suis passé en bibliothèque. Ce n’est que partie remise pour moi et j’ai bien l’intention de lire les autres bouquins qu’ils ont en rayon. J’ai l’impression ( ?) que l’écrivain n’est plus très lu ou bien oublié, une grave erreur à mon sens et qu’il faut corriger : par nos billets sur nos blogs…. Peut-être ?

Écrit par : Le Bouquineur | 11/03/2016

Voilà un billet bien alléchant !
J'ai moi aussi Le cavalier suèdois dans ma PAL : est-ce qu'une lecture commune vous tente ?

Écrit par : ingannmic | 11/03/2016

OK pour moi car de toute manière j'ai bien l'intention de continuer à découvrir l'écrivain avec ce que propose ma bibliothèque municipale.

Écrit par : Le Bouquineur | 12/03/2016

Parfait, je propose la LC sur la page Facebook du groupe.

A voir pour la date, la fin mai me paraît pas mal ?

Écrit par : ingannmic | 13/03/2016

Je vous suis....

Écrit par : Le Bouquineur | 14/03/2016

Les commentaires sont fermés.