Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/03/2016

Ned Crabb : Meurtres à Willow Pond

Ned Crabb, agatha christieNed Crabb, né en 1939 à Greensboro, en Alabama, est un journaliste et un écrivain américain de romans policiers. Il fait ses études à l'université de Miami, obtient une licence d'histoire et devient journaliste, au New York Daily News et au Wall Street Journal à New York. Après un premier roman en 1978 (La Bouffe est chouette à Fatchakulla), son second opus, Meurtres à Willow Pond, vient de paraître. 

Sur les rives d’un petit lac du Maine, Alicia et Six Godwin, universitaires retraités, coulent une existence paisible, entre la librairie qu’ils ont créée et leur passion commune pour la pêche. Jusqu’au jour où ils sont invités à passer le week-end au Cedar Lodge, luxueuse résidence pour amateurs friqués de pêche et de chasse,  que leur richissime cousine, Iphigene Seldon (surnommée Gene), dirige d’une main de fer. Agée de soixante-dix-sept ans et dotée d’un caractère bien trempé, la vieille femme a justement convoqué ce même week-end ses nombreux héritiers pour leur annoncer qu’elle modifie son testament. S’invitant lui aussi mais sans convocation, un monstrueux orage va amplifier l’électricité qui plane dans l’air et ce qui sur les dépliants touristiques ressemblait à un paradis, va se muer en enfer quand on va retrouver le cadavre de Gene… premier des meurtres qui ensanglanteront Willow Pond.

Ned Crabb n’est pas un perdreau de l’année et si cela se ressent dans ses écrits, c’est aussi le principal charme de ce polar biscornu à la narration désuète. Que notre Crabb en pince pour Agatha Christie ce n’est pas un secret, il le fait dire à l’un de ses personnages (« - Oh, bon sang, répondit Six à Gene, on se croirait dans un roman d’Agatha Christie ») pour qu’il n’y ait pas d’ambiguïté. Un lieu clos confortable, une flopée de gens souhaitant la mort de Gene - « Gene était malintentionnée. Elle méritait qu’on la tue. Elle gênait tout le monde. Qui s’affligerait de sa mort ? » - de ses héritiers à leurs conjoints en passant par son comptable véreux, des clients du Lodge qui ne sont pas ceux qu’ils disent être… et un cadavre pour ouvrir le bal. Une paire de retraités (Alicia et Six) qui seconde le shérif dans son enquête, le clin d’œil à la Reine du crime est franchement appuyé. Toutes les références du bouquin, et elles ne manquent pas, nous renvoient à l’époque où le cinéma était en Noir & Blanc, genre « Nick, gentleman détective » (1936, avec William Powell et Myrna Loy, pour ceux qui connaissent…). Pastiche des romans noirs vieillots ou plus certainement, style réel de notre papy du crime ? En tout cas, c’est épatant, vachement chouette, pour rester dans la note.

L’intrigue en elle-même est tirée par les cheveux pour ne pas dire plus, le suspense entretenu par des rebondissements abracadabrants ou des phrases sentant la naphtaline, « Pendant ce temps, à l’intérieur du Lodge, une grande silhouette sortait pieds nus d’une chambre, traversait le couloir et entrait dans une autre chambre. » Mais le lecteur n’en a cure, il se délecte à retrouver cette tonalité d’ouvrages lus dans sa jeunesse empreints d’un humour discret distillé tout du long.

Alors, c’est un vrai régal, devez-vous penser ? Vous me connaissez, je ne suis pas du genre à taire les défauts d’un livre et si celui-ci n’en a qu’un, il est quand même bien réel : il est trop bavard, beaucoup trop ! Des répétitions trop nombreuses, des scènes inutiles ou redondantes ; à mon avis une centaine de pages en trop. Dommage, je l’aurais voulu excellent, il n’est que bien bon, ce dont je saurai me satisfaire.   

 

 

« - Benson, ça devient agaçant. Tout à coup, nous avons une avalanche de peut-être. Huntley a peut-être tué Gene et Bruno ; Bob a peut-être tué Bruno parce qu’il le prenait pour le meurtrier de Gene, et d’ailleurs il avait peut-être raison ; et Renee a peut-être versé quelque chose dans le verre de Gene afin de la rendre faible et vulnérable et de pouvoir la frapper sur la tête. – Et lui mettre ensuite le feu ? je sais que beaucoup de gens pensent que c’est une garce, mais vous la croyez capable d’une chose pareille ? – J’avoue que non. »

 

 

Ned Crabb, agatha christieNed Crabb  Meurtres à Willow Pond  Gallmeister  - 420 pages –

Traduit de l’américain par Laurent Bury

07:49 Publié dans POLARS | Tags : ned crabb, agatha christie | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | | |

Commentaires

Ah je note le bémol, mais si je le vois en bibli, je lui donne sa chance, un polar façon Agatha Christie, ça me va bien de temps en temps.

Écrit par : keisha | 14/03/2016

Bémol parce que moi je n’aime pas les gros romans (Evidemment il y a des exceptions…). Mais ceux que ça ne dérangent pas, et je sais Keisha que ce n’est pas cela qui va vous rebuter, ne doivent pas hésiter à lire ce bon polar.

Écrit par : Le Bouquineur | 14/03/2016

Les commentaires sont fermés.