Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/09/2017

Margaret Atwood : C’est le cœur qui lâche en dernier

margaret atwoodMargaret Eleanor Atwood, née en 1939 à Ottawa, Ontario, est une romancière, poétesse et critique littéraire canadienne. Elle est l'un des écrivains canadiens les plus connus, en particulier pour son roman, publié en français en 1987 sous le titre La Servante écarlate et adapté au cinéma et en série en 2017. Son œuvre se compose d'une quinzaine de romans, de nouvelles, de recueils de poèmes et d'essais. C’est le cœur qui lâche en dernier  vient de paraître.

Stan et Charmaine victimes de la crise économique qui frappe les Etats-Unis, vivent des pourboires que gagne Charmaine dans un bar glauque et logent dans leur voiture. Un jour, une publicité à la télé leur promet un toit dans une ville sécurisée, n’ayant rien à perdre, ils s’engagent dans le projet naissant. A Consilience, chacun a un travail et une maison durant un mois puis le mois suivant ils vont en prison effectuer des travaux d’intérêt général. Pendant ce temps leur maison est occupée par un autre couple qui sort de prison et ainsi de suite, avec interdiction formelle aux deux ménages de se rencontrer. Jusqu’au jour où Stan trouve un mot sous le frigidaire avec ces mots « Je suis affamée de toi. »

S’il est une chose que je déteste, c’est de me faire avoir par le marketing. Je n’avais jamais lu Margaret Atwood et pensais continuer ainsi et puis ce bouquin est sorti, encensé par la critique, et c’est vrai que le résumé semblait attractif, alors j’ai cédé. Les cents premières pages m’ont emballé, tout y était bien : écriture correcte, rythme, description du contexte miséreux de nos deux héros. Leur nouvelle vie dans cette version du meilleur des mondes s’annonçait alléchante et puis… ça c’est dégradé grave.

Je pensais lire une dystopie, en fait Margaret Atwood joue sur deux tableaux, il y a bien une fiction dépeignant une société tendant vers le cauchemar mais elle y greffe un second genre, l’érotisme soft ou la romance avec fantasmes nunuches, appelez cela comme vous voudrez. Autant j’ai trouvé agréable cet environnement (pas si futuriste d’ailleurs, puisque tout cela existe réellement aujourd’hui) fait de résidences ultra-protégées, de prisons privatisées, de robots sexuels et de traite d’organes, autant j’ai détesté l’autre versant de l’intrigue, fadasse au possible. Pour résumer, un roman ennuyeux avec un arrière-plan intéressant, même pas sauvé par les traces d’humour répandu ici et là. Comme de plus, c’est trop long car trop bavard, il faut être un lecteur réellement consciencieux pour ne pas lâcher avant la fin.

 

« Ed arrête le PowerPoint, chausse ses lunettes de lecture, consulte une liste. Quelques points pratiques : ils recevront leur nouveau mobile dans le hall principal. En même temps, ils toucheront leurs allocations logement. Tout est expliqué en détail sur les feuilles vertes de leur chemise, mais, en bref, tout le monde à Consilience vivra deux vies : prisonnier un mois, gardien ou employé de la ville le mois suivant. Tout le monde aura un Alternant. Les pavillons accueilleront donc quatre personnes au moins : le premier mois, ils seront occupés par les civils, le deuxième mois par les prisonniers du premier mois, qui s’y installeront en endossant le rôle des civils. Et ainsi de suite, mois après mois, à tour de rôle. Qu’ils imaginent les économies réalisées sur le coût de la vie, lance Ed, avec ce qui peut être soit un tic, soit un clin d’œil. »

 

margaret atwoodMargaret Atwood  C’est le cœur qui lâche en dernier  Robert Laffont – 441 pages –

Traduit de l'anglais (Canada) par Michèle Albaret-Maatsh

  

07:35 Publié dans Etrangers, SF | Tags : margaret atwood | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | |

Écrire un commentaire