Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/11/2017

Fritz Zorn : Mars

Fritz Zorn Fritz Zorn (1944-1976), pseudonyme de Fritz Angst, est un écrivain suisse de langue allemande. Fils d’une famille patricienne très austère, après le lycée il étudie la philologie allemande et les langues romanes. A l’université, il obtient le titre de docteur et pendant une brève période, il a été professeur dans un lycée, jusqu'à ce que son cancer le force à abandonner cette profession. Il entame alors une psychothérapie et commence à écrire. Fritz Zorn est l’homme d’un seul livre, Mars, un essai paru en 1979.

Je dois vous dire que ce bouquin m’avait profondément marqué quand je l’avais lu pour la première fois, à l’époque de sa parution en France, car cet essai autobiographie très dur, révélait chez son auteur quelques points qui m’étaient communs et de les voir écrits-là noir sur blanc, comme une révélation, j’en étais sorti chamboulé. Le relire aujourd’hui, avec plus de recul, m’a permis de l’aborder avec un œil plus serein.

A première vue on pourrait penser que Fritz Zorn a eu la belle vie, fils d’un architecte aisé, ses parents vivent dans le rupin Zurich et le Fritz a fait de brillantes études. Mais alors qu’il arrive à la trentaine, on lui découvre un cancer. Le lecteur alors est sensé se retrouver avec entre les mains un bouquin classique, du genre jérémiades, déni puis éventuellement combat contre le crabe. Vous ne connaissez par l’auteur ! Au contraire, il déclare crânement : « la chose la plus intelligente que j’aie jamais faite, c’est d’attraper le cancer. » Haussement de sourcils et yeux ronds.

A partir de sa maladie, l’écrivain va remonter dans ses souvenirs et revenir sur sa vie et son éducation, pour en déduire que ce passé ne pouvait que le conduire à cette adversité fatale. Selon sa théorie – car c’est de cela qu’il est question ici, la construction d’une théorie expliquant sa maladie -, son éducation bourgeoise dans une Suisse trop pépère, où l’on ne fait jamais de vagues, où l’argent et la sexualité sont des mots et mêmes des idées tabous dont on ne parle jamais, tout cela ne peut mener qu’à la dépression, à la névrose et in fine au cancer. « Je crois que le cancer est une maladie de l’âme » et que cette pathologie découle des frustrations accumulées depuis l’enfance avance l’auteur. Si la façade est en bon état, il fait bonne figure pour les autres, derrière les murs tout est en ruine, il ne peut réellement pas communiquer, donc pas de femmes et une sexualité en berne.

Le texte est en trois parties, la première et la plus longue nous restitue le type d’éducation qu’il a reçue et le milieu social dont il est issu, la seconde en vient au but du livre, le récit se muscle et Zorn nous interroge, « Vaut-il mieux, soixante ans durant, mijoter à mort sur la petite flamme de la frustration ou plutôt, par désespoir, déjà mourir à trente ans, du cancer ? ». La dernière partie, en antithèse, vient contredire ce qu’on aurait pu mal comprendre, à savoir qu’il ne condamne pas ses parents pour l’éducation qu’ils lui ont donné, il leur pardonne car il considère qu’eux-mêmes étaient le fruit d’une éducation vérolée.

Le lecteur relèvera de nombreuses répétitions mais elles sont voulues pour mieux enfoncer le clou. Par contre, à relire cet ouvrage aujourd’hui, il m’a semblé un peu long sur la fin car très typé d’une rhétorique années 70 (tout est politique, Dieu est mort etc.). Il n’empêche que c’est un très bon livre, très émouvant finalement car Fritz Zorn aura séjourné sur Terre une trentaine d’années, sans pourtant avoir jamais vécu.

 

« … celui qui a été élevé de travers n’en attrape pas toujours le cancer. Il me semble plus juste de dire que le mal causé par une éducation erroné est parfois tellement grand qu’il peut aussi se manifester, sous ses formes extrêmes (comme cela paraît bien être mon cas) dans les maladies consécutives à une névrose, par exemple le cancer. Survivrai-je à cette maladie ? Aujourd’hui je n’en sais rien. Au cas où j’en mourrais, on pourra dire de moi que j’ai été éduqué à mort. »

 

Fritz Zorn Fritz Zorn  Mars  Gallimard – 260 pages –

Traduit de l’allemand par Gilberte Lambrichs

Commentaires

Un livre qui m'avait bien marquée à l'époque où je l'avais lu. J'ignore si je le relirais.Il st ressorti récemment? Je me demande aussi si actuellement l'auteur n'aurait pas bénéficié d'avancées de la médecine?

Écrit par : keisha | 30/11/2017

Répondre à ce commentaire

Je n’ai aucune information sur une réédition récente. Je l’ai relu dans le cadre d’une LC avec le groupe « Lire le monde ». Moi aussi ce bouquin m’avait fortement marqué à l’époque, je me promettais de le relire (ce que je ne fais quasi jamais hélas) aussi ai-je sauté sur l’occasion offerte avec la lecture commune…

Écrit par : Le Bouquineur | 30/11/2017

Je suis ravie de ne pas avoir été la seule à participer à cette lecture, que j'ai trouvée moi aussi très marquante, d'autant plus que contrairement à toi, je découvrais ce titre pour la 1e fois. Et même issu d'un milieu complètement différent de celui du narrateur, le lecteur se trouve forcément des points communs avec lui. Dans toute éducation -ou en tous cas dans la plupart- il y a des tabous plus ou moins profonds dont l'individu garde des traces, plus ou moins traumatisantes, plus ou moins violentes. Dans le cas de Fritz Zorn, c'est certes extrême, l’inculcation de cette morale psycho rigide, tous ces freins à la réflexion personnelle...

Écrit par : Ingannmic | 01/12/2017

Répondre à ce commentaire

J’ai l’impression que tous ceux qui lisent ce livre en ressortent marqués…. En tout cas je suis très heureux que cette LC ait été l’occasion pour moi de relire ce livre car je n’ai pas l’habitude de relire des bouquins ; il faut un élément extérieur à ma volonté pour m’y inciter… ce que je déplore toujours !

Écrit par : Le Bouquineur | 02/12/2017

Écrire un commentaire