compteur de visite

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/01/2022

Pete Fromm : Le Lac de nulle part

pete frommPete Fromm, né en 1958 à Milwaukee dans le Wisconsin, est un écrivain américain, auteur de nouvelles mais aussi de romans et de mémoires. Après des études secondaires Pete Fromm étudie la biologie animale à l'université de Montana. Il cumule plusieurs petits boulots, dont celui de maître-nageur puis de ranger dans le parc national de Grand Teton au Wyoming avant de se lancer dans l’écriture. Le Lac de nulle part, son nouveau roman, vient de paraître.

Trig le fils et Al, sa sœur jumelle, n’ont plus eu de nouvelles de leur père Bill qui vit seul depuis son divorce d’avec Dory, il y a dix ans. Quand il les contacte pour une virée d’un mois en canoë au Canada, la surprise passée, ils acceptent, peut-être moins pour le revoir que pour rompre la désespérance de leur vie cahotante. Une équipée mal partie, puisque débutant fin octobre alors que la neige et le froid ne vont pas tarder à arriver comme les en prévient Chad, le ranger qui gère le parc naturel…

Je ne lis plus Pete Fromm, déçu par ses derniers livres, j’y suis revenu par hasard et je maintiens ma position, encore qu’ici il s’en soit fallu de peu peut-être ? Le problème avec ce bouquin c’est qu’il y a beaucoup de défauts mais qu’il recèle de bonnes idées/thèmes bien mal développés et qu’il s’achève par quelques pages d’excellentes qualité, offrant une fin ouverte qui laisse le lecteur en pleins doutes. Pour résumer, un roman pas terrible mais avec une note finale en bouche d’un très bon niveau !

Je m’explique : le début du livre est tout à fait correct, nous faisons connaissance avec cette famille décomposée, chacun porte sa croix dans son coin, en particulier Al, je ne vous en dis rien bien sûr car c’est le point central du livre. Disons que c’est un sujet à la « mode » ces temps-ci (j’ose le terme « mode » car il s’agit ici d’un roman donc d’une fiction). Puis l’équipée débute et le livre se perd, certes on commence à comprendre que le père perd un peu les pédales et l’on devine où veut en venir l’écrivain mais trop de répétitions (rituel du camp du soir) donc trop de longueurs et les dialogues sont assez pauvres tirant à la ligne. L’aventure semble peu crédible, menée par des amateurs ce qu’ils ne sont pas censés être (« Je me maudis d’avoir laissé le canoë ainsi. Je ne l’ai même pas amarré, si le vent s’était levé, il l’aurait emporté ») et la psychologie des personnages n’est pas au niveau des ambitions du sujet du roman.

Il y a un peu d’animation quand le voyage prendra une tournure dramatique avec l’entrée en scène de Dory, mère courage décidée à retrouver sa nichée, malheureusement contrebalancée par le ridicule (sic !) Chad.

Donc, une bonne idée de roman mais fort mal développée à mon goût, sauvée par son dénouement ? Plus de quatre-cents pages pour à peine dix pages de très bonne qualité… heu, c’est cher payé ?

 

 

« Alors que nous admirons le spectacle, je pense à nos ancêtres, comment rationnalisaient-ils ce genre de visions ? Les éclipses me font le même effet : comment les hommes sont-ils parvenus à mettre de côté la peur et la superstition, à échapper au vortex tourbillonnant, pour prouver que ces phénomènes n’auguraient pas la fin du monde ? Puis, comme toujours, je me dis que les explications scientifiques importent peu. Ce n’est pas la fin du monde, juste la planète qui la ramène, histoire de nous montrer ce dont elle est capable, au lieu de se contenter d’exister, ainsi qu’elle le fait d’habitude, une petite rodomontade au crépuscule pour nous rappeler que nous ne sommes pas le centre de la Terre, mais un détail mineur condamné à errer à sa surface. »

 

 

pete frommPete Fromm   Le Lac de nulle part   Gallmeister  - 445 pages -      

Traduit de l’américain par Juliane Nivelt

 

Commentaires

Je me méfie de cet auteur qui m'a déçue à top vouloir faire dans le morbide avec de trop beaux sentiments

Écrit par : luocine | 25/01/2022

Répondre à ce commentaire

Je ne sais pas si « morbide » est le bon qualificatif car moi, je le trouve surtout trop « gentil » comme écrivain. Un écrivain dispensable c’est certain, quand on peut lire autre chose, lisons cet autre chose. Mais ici c’est dommage car mieux torché, ça donnait un bon roman…

Écrit par : Le Bouquineur | 25/01/2022

Là, nous sommes d'accord ! Enfin, pas en ce qui concerne ce roman que je n'ai pas lu, et ne lirai sans doute pas, mais les derniers romans de Pete Fromm qui ont eu tant de succès, personne n'en trouvera la critique sur mon blog, parce que je les ai abandonnés : mal écrits, plein de clichés et de bons sentiments, quel ennui !
(je parle de Lucy in the sky, Mon désir le plus ardent... j'avais tellement aimé Indian Creek !)

Écrit par : Kathel | 26/01/2022

Répondre à ce commentaire

Nous sommes effectivement tous les deux d'accord sur ce coup et plus généralement sur cet écrivain !

Écrit par : Le Bouquineur | 26/01/2022

Écrire un commentaire