compteur de visite

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/10/2012

Berbiguier et les farfadets

Berbiguier Livre 3521380699.jpgJe ne suis pas homme à rester indifférents aux signes, aussi quand à quelques semaines d’intervalle la lecture de deux livres apparemment sans rapport, Ma Route de Provence de Raymond Dumay (1954) et De l’égarement à travers les livres d’Eric Poindron (2011), me mirent sur la piste d’un nommé Berbiguier et de son combat contre les farfadets, mon intérêt ne fit qu’un tour et je m’empressai d’en savoir plus.  

Qui est donc ce Berbiguier, dont le nom complet est Alexis Vincent Charles Berbiguier de Terre-Neuve du Thym, né et mort à Carpentras (1764-1851) ? Un excentrique peut-être, un fou furieux  inoffensif certainement, un malheureux à coup sûr. 

Toute sa vie il mena un combat sans répit contre les farfadets « ces infâmes et misérables agens du pouvoir diabolique » qui le persécutèrent jour et nuit. L’esprit troublé par cette obsession – « Les cruels farfadets me tourmentent tellement, que je crois en voir partout » - il imaginait que ces suppôts de Satan étaient à l’origine de tous les maux du monde et que lui, avec l’aide de Dieu, seul capable de deviner et repérer leurs manigances, saurait les combattre et faire connaître de tous, leur existence.

Les farfadets de leur côté, afin de continuer à perpétrer leurs forfaits, s’acharnaient sur ce pauvre Berbiguier, le piquant sans relâche, jour et nuit, lui dérobant de menus objets, le tourmentant incessamment. Ennuyé mais non effrayé, Berbiguier devenu spécialiste de la lutte contre ces farfadets – qui eux-mêmes le surnommaient « fléau des farfadets » - mis au point différentes techniques pour les combattre. La nuit, avec de grandes aiguilles ils les embrochaient et les piquaient sur ses couvertures de lit, comme on épingle des papillons. Capturés vivants en leur jetant du tabac aux yeux, ils les enfermaient dans des bouteilles-prisons à titre d’exemple pour leurs congénères. Il inventa aussi un baquet révélateur, baquet d’eau placé près de sa fenêtre pour mieux observer les manœuvres de ces diablotins quand ils évoluaient dans l’air.   

Paranoïaque, il imaginait aussi que les farfadets se métamorphosaient pour mieux lui nuire. Médecins, avocats et hommes de lois, en étaient les preuves tangibles. Les premiers, on le comprend, puisqu’ils voyaient en lui un malade, les seconds, parce qu’il avait un différent juridique avec eux pour régler la succession de son oncle… 

 

Son long combat, sa croisade peut-on dire, est détaillée dans son ouvrage Les Farfadets, ou tous les démons ne sont pas de ce monde. Livre en trois volumes, dont le dernier paraît en 1821, il y consigne tous les tourments qu’il endure, toutes les ruses maléfiques de ses ennemis et tous les malheurs que le monde leur doit. Il dévoile aussi tous les remèdes qu’il a créé, à base de thym entre autre, pour soigner les gens envoûtés comme lui et ses outils de combats. On atteint au délire quand il reproduit des lettres envoyées à Belzébuth et ses réponses ( !), ou les courriers adressés à diverses personnes abasourdies par les propos déjantés de l’auteur. On pourrait aussi parler de Coco, son écureuil apprivoisé qui connaîtra un sort tragique imputable aux farfadets bien évidemment, et tant d’autres épisodes ahurissants.

Le bouquin est très drôle au début, lassant au milieu avec ses malheurs à répétition, pathétique ensuite puis chiant à la fin quand il joint ses pièces à conviction, des courriers envoyés aux uns et aux autres avec leurs réponses. Mû par l'espoir de délivrer l'humanité de ces farfadets, Berbiguier dédie son ouvrage « à tous les empereurs, rois, princes, souverains des quatre parties du monde ». Une curiosité littéraire mais que je ne peux pas conseiller à tous.

 

Obsédé toute sa vie par les créatures démoniaques, soigné sans grand succès à la Salpêtrière par Philippe Pinel pionnier de la psychothérapie, et que le « cas Berbiguier » s'est taillé une place dans les annales de la psychiatrie française, ses farfadets continuent à alimenter les dictionnaires de démonologie. Il est considéré par Raymond Queneau comme un archétype du fou littéraire. Théophile Gautier a brossé son portrait imaginaire dans Onuphrius, un conte fantastique paru en 1832, et Flaubert a consulté Les Farfadets en 1872 pour documenter Bouvard et Pécuchet.

Enfin, Berbiguier s'était lui-même adjoint le nom de Terre-Neuve du Thym afin, dit-il, ne pas être confondu avec les autres Berbiguier. Il projetait aussi d'acheter une « terre neuve » où il ne ferait pousser que du thym, mais il mourut avant d'avoir réalisé son rêve de pouvoir ainsi éloigner les farfadets à jamais.

 

« La rivière de la Seine fut arrêtée dans son cours. Les eaux se glacèrent, et la glace n’avait guère moins de dix-huit pouces d’épaisseur. Les farfadets profitèrent de cela pour exciter les Parisiens à se promener dessus ; ils nous poussent toujours à faire ce qui peut compromettre notre existence. C’aurait été un grand triomphe pour eux, s’ils avaient fait rompre les glçons sous les pieds de ceux qui s’y confiaient. Je me suis bien gardé de partager cette folie, que je déplorais du plus profond de mon cœur.

Je connais la malice des farfadets. Lorsque de leur asile souterrain ils m’auraient aperçu, ils se seraient empressés de faire crever la glace sous moi, pour se repaître du plaisir cruel de me faire engloutir dansla rivière. Toutle monde n’a pas eu ma sagesse ni ma prudence. Plus de quatre personnes ont péri pour s’être procuré une promenade qui leur avait été tracée par les farfadets ».

 

Berbiguier 156407241.jpgAlexis Vincent Charles Berbiguier de Terre-Neuve du Thym  Les Farfadets, ou tous les démons ne sont pas de ce monde  fac-similé de l’édition appartenant àla Harvard Medical Library

 

14:54 Publié dans HORREUR/FANTASTIQUE | Tags : berbiguier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |