compteur de visite

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/10/2012

William Marx : Vie du Lettré

Marx Livre 20675597_2307811.jpgQuand on évoque les lettrés, on pense aux rats de bibliothèques, aux moines rédigeant méticuleusement leurs copies sur des parchemins enluminés, à des intellectuels solitaires le nez plongé dans des livres, d’illustres inconnus dont la vie serait consacrée au savoir. Tout ce qui précède correspond grosso modo au lettré mais William Marx a voulu aller plus loin et percer à jour la vie des lettrés, c’est-à-dire ce qu’ils mangent, où ils habitent, quels sont leurs animaux familiers, comment est leur jardin.  

Chaque chapitre aborde l’un de ces thèmes, dans celui consacré à la nourriture on apprend que Hegel et Kant étaient à cheval sur les horaires de table et que le second se délectait du cabillaud et du fromage anglais. Dans celui sur les jardins, l’auteur nous rappelle que l’arbre de la connaissance était dans le premier jardin mais qu’il était interdit d’y toucher et que depuis cette époque les hommes n’ont cessé de vouloir retourner dans le jardin dont ils avaient été exclus.

Quand on écrit une Vie du lettré on ne peut qu’être érudit et William Marx l’est assurément car son livre est truffé de références particulièrement pointues tirées de textes anciens et modernes, en français ou pas, où Cicéron et Pétrarque, Confucius et Barthes nous accompagnent tout au long de cette étude qui nous révèle que « le lettré est le passeur d’un monde », un transmetteur de connaissances trans-générationnel et que « la mort n’est pas l’ultime chapitre d’une vie de lettré » puisque demain d’autres lecteurs viendront.

 

« Le lettré jette des ponts par-dessus les époques ; il rend accessible le passé ; il le reconfigure à la lumière des exigences du présent ; il en transmet la mémoire aux générations futures. Et s’il transforme ainsi le passé collectif pour lui donner une vie nouvelle, selon une dynamique qui est celle même de la culture, c’est bien le moins qu’il puisse aussi transformer le sien propre. Le passé est toujours à réinventer. C’est au lettré de le faire advenir. »

 

Marx mages.jpgWilliam Marx  Vie du Lettré  Les Editions de Minuit    

 

 

14:22 Publié dans ESSAIS | Tags : william marx | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |