Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/11/2012

Manchette : Morgue pleine

Manchette Livre 2.jpgJean-Patrick Manchette (1942-1995) est un écrivain français, auteur de romans policiers, critique littéraire et de cinéma, scénariste et dialoguiste de cinéma, traducteur. Reconnu comme l'un des auteurs les plus marquants du polar français des années 1970-1980, il est également connu pour ses opinions d'extrême-gauche. Morgue pleine, paru en 1973, est le quatrième roman de Jean-Patrick Manchette.

Le détective Eugène Tarpon est un ancien gendarme qui a quitté le métier après une sombre affaire de manifestant tué. Son cabinet, dans le quartier des Halles, n’est pas des plus florissants loin de là, d’ailleurs il se prépare à plier bagages pour retourner vivre avec sa mère dans un petit village de province quand il reçoit la visite d'un ex-collègue reconverti dans la formation d'agents de sécurité pour les entreprises confrontées à mouvements sociaux, qui lui propose de le rejoindre pour encadrer des équipes de briseurs de grèves. Ecœuré, Tarpon le met à la porte et commence à se saouler.

Il reçoit alors une seconde visite, un jeune musicien ayant ouvert une boîte de jazz et qui se trouve aux prises avec des racketteurs. Agacé par la naïveté du jeune homme, le détective l'expulse de son bureau et s’endort avant d’être réveillé par une très jolie jeune femme, « plutôt une minette comme ils disent », prétendant s'appeler Memphis Charles, venue lui réclamer son aide. Sa colocataire a été égorgée et elle refuse d'aller voir la police de peur d'être suspectée.

Tarpon mènera l'enquête contre son gré, aidé par un vieux journaliste à la retraite, Heymann. Comme le titre du polar l’indique, les cadavres vont commencer à pleuvoir. Ajoutons des tueurs américains, un commando merdique de barbus gauchistes et un producteur de films (« euh…suédois » pour employer la terminologie de l'époque) pour étayer cette glauque histoire de famille avec un vieux père maffieux revenu au pays pour connaître sa fille et un frère barjot sexuellement perturbé.

J’avais lu Manchette dans ma jeunesse, La position du tireur couché par exemple, mais je n’avais pas du tout aimé, m’étonnant des louanges de la critique pour cet écrivain que je trouvais particulièrement ennuyeux à lire. Quarante ans plus tard, ce Morgue pleine m’ouvre les yeux comme une révélation.

Une intrigue qui tient la route, une vraie écriture et tous les ingrédients du polar certifié. Le privé et le commissaire aux noms gratinés, Eugène Tarpon pour le premier et Coquelet pour le poulet ! Tout le bouquin ne manque pas d’humour d’ailleurs, que ce soient les situations ou les réflexions de l’Eugène, Manchette fait son Dashiell Hammett en y introduisant une touche de fantaisie ironique. Ironie à son encontre ou clin d’œil au lecteur ?

Autre plaisir de lecture, le bouquin date de 1973 et ça se voit, dans les marques des voitures, dans des réflexions comme « Il ressemblait à Jean Tissier » ou plus certainement encore dans l’évocation des gauchistes anti-impérialistes.

Un bon polar, tout à fait dans la tradition à l’ancienne, comme on dit pour les baguettes de pain. Pour information, le roman a été adapté au cinéma sous le titre Polar par Jacques Bral en 1983 avec Jean-François Balmer dans le rôle d'Eugène Tarpon.

 

« J’ai secoué la tête pour m’éclaircir les idées. Vivre dans le rêve, je ne sais pas si c’était à cause du manque de nourriture ou du manque de sommeil, mais ça commençait à être mon activité principale. Et la réalité des choses n’arrangeait rien. Bien sûr qu’elle ne tenait pas debout, son histoire, à Memphis Charles ; mais qu’est-ce qui tient debout, de nos jours ? Des mômes de vingt ans attaquent les commissariats avec des bouteilles d’essence, et moi, j’avais tué, d’une grenade en pleine figure, un gamin qui lançait des pavés. Le monde est fou. J’aurais dû me tirer chez maman, comme j’avais prévu. »

 

Manchette .jpgManchette  Morgue pleine  Carré noir

07:00 Publié dans POLARS | Tags : manchette | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.