compteur de visite

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/12/2012

Condie Raïs : C2H402

Condie Rais Livre.jpgC’est le bon côté des choses quand on tient un blog, parfois les lecteurs vous font des cadeaux, comme ici quand l’auteure m’a contacté pour me proposer son ouvrage. Je le répète à chaque fois dans cette situation, je ne connais pas l’écrivaine et ma critique sera impartiale comme j’en avais prévenue Condie Raïs avant de la lire.

J’ai bien entendu cherché à savoir qui était cette Condie Raïs, dont le nom ressemble fort à un pseudonyme, qu’elle m’en excuse si je me trompe. Sur Internet j’ai trouvé un site la définissant ainsi : « Condie Raïs est née dans la seconde moitié du XXe siècle. Elle partage son temps entre ses chats siamois, l’écriture et le vin blanc australien. Elle aime les Variations Goldberg par Glenn Gould – l’enregistrement de 1981, que ce soit bien clair -, ne déteste pas les Rolling Stones et supporte courageusement ses voisins. Elle est l’auteur d’un recueil de nouvelles, C2H4O2 , mais refuse obstinément de créer un blog, un forum ou un site web, parce qu’elle a passé l’âge de ces gamineries. »

Très étrangement, c’est exactement le portrait que j’en aurais fait après avoir lu son recueil de nouvelles, car ces éléments de biographie sont ceux qu’on retrouve dans certains de ses textes, où elle a l’audace amusante de s’introduire comme personnage, tout comme Michel Houellebecq l’avait fait dans La carte et le territoire. Personnellement, j’aurais ajouté une autre information, Condie Raïs est certainement cinéphile, non seulement parce que le titre de son recueil C2H402 est la formule de l’acétate de cellulose, utilisé dans les pellicules photographiques ou dans les négatifs de caméra mais surtout parce que ça se devine dans la nouvelle Eloge de John Wayne, un superbe hommage, plein d’humour et de connaissance de son sujet, au mythique héros des westerns de notre enfance.

Et de l’humour, ce recueil de huit nouvelles n’en manque pas. Humour noir ou pince-sans-rire, le sourire est toujours aux lèvres du lecteur. Pourtant certains textes pourraient être dramatiques, La petite fille qui n’aimait pas Noël par exemple, la chute répond à toutes nos interrogations soulevées par sa lecture et nous confronte à notre plus grande surprise à la mort. Prospérine la louve n’est guère plus amusant à première vue, après la Libération une femme amoureuse d’un Allemand et lynchée par les villageois revient au pays pour se venger des Hommes et de Dieu.  

Certaines nouvelles sont plus franchement drôles, Harcèlement, une stagiaire se voit offrir un roman par son chef de service, un roman tellement nul qu’à son tour elle propose un livre à son patron, confrontation idéologique farfelue qui s’envenimera.

Je distinguerais particulièrement, Pars vite mais ne reviens pas trop tôt, Marc tente d’écrire un roman sentimental mais n’y parvient pas, sa voisine Condie Raïs (délicieuse mise en abime) va lui servir de nègre, si le texte est excellent pour plusieurs motifs comme la plongée dans la vie d’écrivain, j’ai trouvé la fin un peu faible néanmoins. Avec Maneater, un texte proche du fantastique, une jeune fille voit mourir dans les heures qui suivent, tous les gens qu’elle touche, un bijou d’humour noir. La nouvelle, Décadences, est un pastiche de Philippe Djian, un riche bourgeois paye grassement un type pour qu’il soit l’amant de sa femme qui s’ennuie, ce qui n’était pas prévu c’est qu’il se tape la fille aussi et qu’elle meure assassinée. Seul le dernier texte, Métaphysique des mails ne m’a pas convaincu, même si le résumé paraît drôle, deux intellectuels s’échangent des mails à propos d’une controverse philosophique entre Emmanuel Kant et Benjamin Constant, puis le ton dégénère et devient engueulade digne de poissonnières.   

Si vous m’avez suivi jusqu’ici, vous avez compris que j’avais beaucoup aimé le bouquin. Je terminerai donc ma chronique par deux souhaits, que Condie Raïs continue à écrire et que les lecteurs se ruent sur son méritant effort.   

 

 

Condie Raïs  C2H402  Autoédition et livre numérique en vente sur Amazon (format Kindle)

 

07:55 Publié dans JEUNES ECRIVAINS | Tags : condie raïs | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | | |

Commentaires

je viens de découvrir ce blog et j'ai bien l'intention de le parcourir après avoir lu cet article. Vous faîtes un travail considérable à travers ce blog, j'ai bien envie de découvrir cette auteure par la même occasion.

Écrit par : Laya Arlenis | 27/12/2012

Merci pour les compliments, ça fait toujours plaisir de constater que certains apprécient mon entreprise. Par ailleurs vous avez tout à fait raison de chercher à découvrir Condie Raïs ... Revenez nous donner votre avis sur son ouvrage quand vous l'aurez lu.

Écrit par : Le Bouquineur | 27/12/2012

Les commentaires sont fermés.