Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/01/2014

David Lodge : La Chute du British Museum

david lodgeDavid Lodge, né en 1935 à Brockley dans le sud de Londres, est un universitaire spécialiste de littérature et un écrivain britannique. En 1987, il abandonne l'université, avec le titre de Professeur honoraire, afin de se consacrer entièrement à l'écriture, mais aussi en raison d'un problème d'audition et des conséquences de la politique de Margaret Thatcher. Auteur d’une œuvre importante comprenant essais critiques et romans, La Chute du British Museum, son troisième roman, est paru en France en 1991.

Si le bouquin est sorti chez nous en 1991, il date en fait de 1965, époque à laquelle se déroule à deux ou trois ans près, au vu des références citées (Beatles, Vatican II) cette histoire improbable. Adam Appleby, notre héros de 25 ans, allocataire d'une bourse de recherche, prépare depuis deux ans sa thèse de doctorat sur « la structure des phrases longues dans trois romans anglais modernes ». Quatre ans auparavant, il a épousé Barbara et ils ont déjà trois enfants, Clare, Dominic, Edouard. Tous deux catholiques, ils appliquent en effet les règles de l'Église concernant le contrôle des naissances, sans résultat probant apparemment, au grand dam d’Adam.

Le roman se déroule sur une seule journée, riche en pérégrinations et aventures aussi farfelues qu’imprévues, durant laquelle Adam endurera les affres de l’angoisse à l’idée que Barbara soit à nouveau enceinte, tremblera de ne pouvoir trouver un job lui assurant des revenus complémentaires, résistera tant bien que mal aux assauts sexuels d’une jeune fille en échange d’un manuscrit rare d’un obscure écrivain pouvant lui ouvrir les portes d’une certaine renommée, sera impliqué dans le non-incendie de la bibliothèque du British Museum et j’en passe…

Roman typique de David Lodge, un universitaire dans son milieu naturel et ses rivalités internes, des problématiques d’époque – ici la contraception et les catholiques – le tout traité en mode humoristique en utilisant la cocasserie, les pastiches ou les parodies. Parodies que l’auteur s’est vu obliger de préciser dans la préface car passées inaperçues dans les premiers tirages ; si effectivement, certains passages du roman font immanquablement penser à Kafka ou Joyce, d’autres pouvaient nous échapper. A ce propos, je ne suis pas certain que le finale, cette longue phrase de six pages et sans ponctuation – flagrant pastiche d’Ulysse de James Joyce – soit ce qui soit le mieux réussi dans ce roman, non pas dans le sens de l’imitation qui est parfaite mais dans le fait qu’elle rompt par là-même, avec la tonalité de l’humour général du livre. Finir sur du Joyce, un bouquin de Lodge, laisse le lecteur sur sa faim…

Un roman néanmoins jubilatoire et souriant, même si on eut aimé que le sillon principal, la position de l’Eglise face à la contraception, soit creusé un peu plus encore car c’est là que David Lodge est le plus drôle.

 

 « Blague à part, dit-il, cette affaire de péché véniel – péché mortel, c’est dépassé. Quelque chose que les scolastiques ont inventé pour faire passer les longues soirées d’hiver. Tous les péchés sont des péchés mortels. Ou, en d’autres termes, tous les péchés sont des péchés véniels. Ce qui importe, c’est l’amour. Plus il y a d’amour, moins il y a de péché. Je prêchais l’autre jour dans une retraite pour hommes et je leur ai dit, mieux vaux coucher avec une prostituée par amour en quelque sorte, qu’avec sa femme par habitude. Il semble que certains m’aient pris au mot, et l’évêque est plutôt fâché ! »

 

 

david lodgeDavid Lodge  La Chute du British Museum  Rivages

Traduit de l’anglais par Laurent Dufour

 

 

07:51 Publié dans Etrangers | Tags : david lodge | Lien permanent | Commentaires (4) |  Imprimer |  Facebook | | |

Commentaires

En te lisant, j'ai vraiment envie de le relire ce livre, là tout de suite. C'est bien là que le narrateur enfile vite fait une culotte de sa femme qui va lui causer bien des problèmes pendant la journée ?
Par contre, lu il y a bien 20 ans, je pensais aujourd'hui que ça datait des années 80...

Écrit par : Sandrine | 17/01/2014

Sandrine, c’est effectivement dans ce roman que le héros est contraint à cette extrémité très amusante … et très anglaise ?

Écrit par : Le Bouquineur | 17/01/2014

Lu évidemment. Aaah Lodge.... Je me souviens de la phrase finale et joycienne, en effet.

Écrit par : keisha | 20/01/2014

David Lodge, une valeur sûre ...

Écrit par : Le Bouquineur | 20/01/2014

Les commentaires sont fermés.