Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/12/2014

Boileau-Narcejac : Le Mauvais œil

boileau-narcejacBoileau-Narcejac est la signature commune de Pierre Louis Boileau (1906- 1989) et Pierre Ayraud, dit Thomas Narcejac (1908-1998), écrivains français de romans policiers, dont certains ont donné lieu à des adaptations cinématographiques par Henri-Georges Clouzot (Le roman Celle qui n’était plus, devenant au cinéma Les diaboliques, avec Simone Signoret et Paul Meurisse) et Alfred Hitchcock (Le roman D’entre les morts devenant Vertigo/Sueurs froides avec James Stewart et Kim Novak). Ils ont aussi participé au scénario de Les Yeux sans visage, de Georges Franju. Pierre Louis Boileau bâtissait les intrigues et Thomas Narcejac rédigeait les textes. Leur roman, Le Mauvais œil  qui vient d’être réédité date de 1956.

À la suite d’une chute, Rémy est resté paralysé. Puis soudain miracle, un jour il se lève et décide de se rendre sur la tombe de sa mère. Mais au cimetière du Père-Lachaise, nulle trace d’elle dans le caveau familial. Le jeune homme comprend peu à peu qu’il a oublié de nombreux événements depuis son accident et que son entourage ne lui a peut-être pas dit toute la vérité…

A lire ce roman aujourd’hui, on trouvera certainement l’intrigue convenue ou déjà vue, c’est injuste puisque le bouquin à l’antériorité pour lui mais c’est néanmoins la triste réalité à laquelle le lecteur doit faire face. Par ailleurs, le livre est édité dans une collection policière mais il n’y a pas d’enquête de police, il s’agit en fait d’un roman psychologique et introspectif avec un travail sur la mémoire et une réflexion sur les cachoteries et menteries que nous faisons tous ( ?) sous prétexte d’épargner des peines à ceux que nous aimons. Un beau roman simple qui s’achève sur une note finale réelle - mais datée évidemment - qui risque de perdre de sa saveur pour un jeune lecteur.

Le roman est suivi d’un second texte, Au bois dormant, une novella d’une centaine de pages, qui lui m’a beaucoup surpris et par-là même, plus intéressé. Surpris, car je ne m’attendais pas à lire sous la plume du tandem Boileau-Narcejac, un pastiche de la littérature se rattachant à l’école du romantisme gothique anglais. Un vieux château familial en Bretagne, une malédiction, des morts-vivants, un jeune héros entiché d’une belle défunte, une crypte et une nuit sombre et profonde… jusqu’à la pirouette finale inattendue elle aussi mais hélas un peu faible.

En conclusion, un bouquin qui se lit facilement, dans le sens où il ne vous secouera pas les neurones, ni par sa complexité, ni par les émotions qu’il pourrait induire. Une lecture reposante mais pas désagréable du tout.

 

« - Les gendarmes vont nous interroger, dit Rémy. Nous n’avons pas intérêt à parler de la querelle d’hier soir. Ils s’imagineraient Dieu sait quoi… et je vous affirme que je n’ai pas quitté ma chambre de la nuit… Vous me croyez, Raymonde ? J’ai souhaité sa mort, c’est vrai. Et maintenant, je ne suis pas fâché de ce qui lui arrive. Mais je vous jure que je n’ai rien fait, rien tenté… A moins de prétendre que j’ai le mauvais œil… Il essaya de sourire. – Allez ! Dites que j’ai le mauvais œil. Elle secoua la tête sans répondre. »    

 

boileau-narcejacBoileau-Narcejac  Le Mauvais œil  suivi de Au bois dormant  Folio policier  - 263 pages - 

 

07:54 Publié dans POLARS | Tags : boileau-narcejac | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.