Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/09/2015

Nick Hornby : Funny Girl

nick hornbyNick Hornby, né en 1957 à Redhill (Comté de Surrey), est un écrivain anglais. Il a étudié à  l'université de Cambridge puis y a exercé en tant que professeur. Il a également été journaliste pour The Literary Review et The Sunday Times. C'est à la fin des années quatre-vingts qu'il commence à se consacrer à la littérature et plusieurs de ses romans ont été portés à l’écran. Nick Hornby vit et travaille à Highbury, au nord de Londres. Funny Girl, son dernier roman, vient de paraître.

Londres, années 60. La jeune Barbara, récente Miss Blackpool, a quitté famille et province pour réaliser son rêve, décrocher un rôle comique dans un feuilleton de la BBC, Barbara (et Jim)

Le roman de Nick Hornby remonte le temps (pour certains, comme moi) et nous plonge dans les milieux de la télévision d’alors avec enregistrements des feuilletons en public et diffusion en direct. Au cœur de ce microcosme s’affaire une petite troupe de couples : Barbara (nom d’artiste Sophie Straw, jouant le rôle d’un personnage nommé Barbara ! Situation freudienne ?) devenue vedette cathodique et Clive (jouant Jim), Dennis (le producteur) et Edith sa femme intello, les scénaristes Tony (marié) et Bill (célibataire) à la sexualité flottante, mais aussi plus tard dans le récit, Sophie et sa mère qui avait quitté le foyer familial.

Bien vite les péripéties du feuilleton interfèrent avec les vies des acteurs, à moins que ce ne soit l’inverse, en une savante mise en abîme. S’agit-il de Barbara et Jim ou bien de Sophie qui en fait est la vraie Barbara et Clive ? Fiction et réalité se chevauchent, « Dans la série vous êtes mariés. Dans la vraie vie, ce n’est pas le cas. Nous ne vous demandons pas de faire un bébé. » Mais comment réagir quand la célébrité vous prend sous sa coupe, « Barbara et Jim n’étaient plus des personnages de fiction. Leur popularité et tout ce que le public projetait sur eux les avaient rendus réels… » De leur côté, Tony et Bill, tâcherons à la peine, se livrent et se découvrent indirectement dans leurs textes, tandis que Dennis et Edith réalisent qu’un fossé intellectuel les sépare.

Le roman prend parfois des allures de pièce de théâtre de boulevard avec des dialogues percutant et des répliques qui fusent comme dans un film de Billy Wilder, ça pétille et j’adore. La forme est le plus souvent souriante, drôle même, Nick Hornby ne déroge pas à son style, sauf que dans ce roman j’y ai vu une envergure ou une ambition supérieure à celle de ses précédents romans. Sous l’écriture légère, tout fait sens et donne une épaisseur inattendue au texte. Car si l’écrivain traite du divertissement à la télévision, miroir de notre société, et de ses opposants pour qui « la comédie était l’ennemi. Ils ne voulaient pas que les gens rient ; ils voulaient le leur interdire » (Voir Le Nom de la rose ?) - face émergente de l’iceberg -, il me semble que son véritable sujet est la révolution sexuelle en cours, ce tournant primordial des sixties, servant de toile de fond à ce roman : libéralisation des mœurs, évolution du couple, divorce, homosexualité…

Et Nick Hornby adhère au propos de l’un de ses personnages déclarant « qu’on pouvait exprimer tout ce qu’on voulait dans une série, aussi longtemps qu’on n’oubliait pas d’y inclure des gags, des personnages et des dialogues accessibles aux mamies… » Séries ou romans, même combat. On peut faire du populaire et du divertissant sans être abrutissant, tout est dans la manière. Une manière que l’écrivain maitrise parfaitement puisque son bouquin regorge de choses intéressantes sur le pouvoir et les buts des comédies télévisées, « fédérer les gens (…) tu rigoles de la même blague que ton patron, ta mère, ton voisin… », les réactions des acteurs face au succès ou à l’échec ainsi qu’à l’oubli du public consécutif au temps qui passe et efface, l’écriture et les écrivains...

Peut-être bien le meilleur roman de Nick Hornby à ce jour par l’ampleur du champ des sujets abordés et son ton recouvrant toute la gamme des sentiments, du souriant à l’émouvant.

 

« - Mais franchement… où allons-nous, avec tout ça ? La BBC est envahie par les courses hippiques, les émissions de variétés et les groupes pop beuglards et hirsutes qui semblent nous arriver droit de l’âge de pierre. Où en sera-t-on dans dix ans ? Cinquante ? Vous faites déjà, dans votre feuilleton, des plaisanteries sur les cabinets – et j’en passe et des meilleures. Combien de temps faudra-t-il encore pour que vous estimiez qu’il n’y a aucun problème à montrer quelqu’un en train de chier, du moment qu’une hyène dans le public trouve ça tordant ? – Je ne pense pas que quiconque ait envie de voir quelqu’un chier à l’antenne, objecta Dennis. – Pour l’instant. Mais ce jour viendra, prenez-en bonne note. C’est évident. Et je le combattrai jusqu’à mon dernier souffle. »

 

 

nick hornbyNick Hornby Funny Girl  Stock  – 418 pages –

Traduit de l’anglais par Christine Barbaste

07:44 Publié dans Etrangers | Tags : nick hornby | Lien permanent | Commentaires (6) |  Imprimer |  Facebook | | |

Commentaires

Voilà un roman de la rentrée qui me fait envie depuis le début! Vous confirmez. j'ai déjà lu deux ou trois romans de cet auteur.

Écrit par : keisha | 10/09/2015

J’aime bien Hornby en général et avec ce roman je trouve qu’il vient de franchir un palier dans l’excellence, ce qui ajoute à mon plaisir. De toute manière, un livre à ne pas manquer.

Écrit par : Le Bouquineur | 10/09/2015

Bien plus qu'une comédie, c'est évident. Et Hornby prouve ce qu'il dit par ce livre lui-même : on peut faire du distrayant intelligent.

Écrit par : Sandrine | 10/09/2015

Moralité : un roman que nous conseillerons vivement à tout le monde !

Écrit par : Le Bouquineur | 10/09/2015

J'ai été déçue par Nick Hornby, mais je me dis que c'est peut-être le roman pour renouer avec lui.

Écrit par : Laure | 13/09/2015

Si j’aime bien Hornby « en général » comme je l’ai dit dans un précédent commentaire, en fait j’ai adoré ses premiers romans puis je me suis lassé, dans le sens où j’ai trouvé la suite un peu poussive. Avec ce nouveau bouquin, je trouve que l’écrivain vient trouver un second souffle et j’espère qu’il continuera dans cette voie. Donc, effectivement Laure, c’est l’occasion avec ce « Funny Girl » de renouer avec Hornby…

Écrit par : Le Bouquineur | 13/09/2015

Les commentaires sont fermés.