Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/10/2015

Philip Roth : Un homme

philip rothPhilip Roth est né le 19 mars 1933 à Newark, dans le New Jersey, son œuvre couronnée de multiple prix en fait l’un des plus grands écrivains américains contemporains. Aujourd’hui il vit dans le Connecticut et en octobre 2012 il a déclaré à la presse qu’il arrêtait d’écrire. Un homme est paru en 2007.

Un titre impersonnel pour un roman dont le héros n’a pas de nom mais dont nous saurons tout. Il a été directeur artistique dans la pub avec succès, marié trois fois mais trois échecs, de sa première épouse il a deux fils qui l’ignorent, de la seconde, une fille Nancy qui l’adore, la troisième est une jeunette, mannequin sans cervelle. Aujourd’hui on l’enterre, arrivé au terme d’une vie qui s’est achevée sur une table d’opération. Flashback.

De l’enfance auprès de ses parents, son père est bijoutier et d’un frère aîné Howie, en passant par ses diverses situations matrimoniales et ses écarts de conduite, jusqu’à sa retraite professionnelle lui laissant du temps libre pour s’adonner à la peinture, nous suivons le parcours d’un homme marqué par la maladie. Philip Roth nous les détaille à loisir, de la péritonite en 1967 au quintuple pontage coronarien une vingtaine d’années plus tard, ou bien l’opération de l’artère carotide, l’insertion du stent rénal et j’en passe, le sort s’acharne sur notre homme de manière inexplicable, le poussant à détester son frangin qui lui bénéficie d’une santé de fer, « il détestait Howie parce qu’il ne savait pas ce que c’était que l’hôpital, parce que la maladie lui était inconnue ».

Un corps de moins en moins fiable, des décès autour de lui, parents ou amis, « il » ne sait plus trop à quoi se raccrocher, n’ayant même pas le secours de la religion, « ce n’était pas lui qui serait dupe de ces balivernes sur la mort et sur Dieu, ou de ces fantasmes de paradis d’un autre âge. » Parvenu à un certain âge, comme on dit, la désillusion est cruelle, l’obligeant à faire « le constat humiliant que physiquement – entre autres – il s’était rabougri pour devenir cet homme qu’il ne voulait pas être… »

Roman sur la maladie, la peur de la vieillesse et la mort, on ne peut s’interdire de penser qu’il y a beaucoup de l’écrivain caché derrière l’anonymat de son héros. Quand le bouquin paraît, Philip Roth a soixante-quatorze ans et lui-même a connu de nombreux aléas de santé dans sa vie, une grave dépression après une opération chirurgicale, un quintuple pontage coronarien, une autre dépression imputable à un médicament coupable après une opération du genou pas très réussie, bref, l’écrivain sait de quoi il parle quand il évoque la dégradation physique et son corollaire, la peur de perdre la maîtrise de soi.

Un sujet grave et fort qui nous concerne tous, pourtant malgré tout le respect que je porte à Philip Roth, je suis resté assez indifférent à cette affaire. Peut-être est-ce dû à l’approche clinique, l’analyse froide, ici rien n’est amusant (évidemment) ni assez dramatique dans la mise en scène pour m’émouvoir à la simple lecture du texte. Un roman plutôt moyen pour mon goût.

 

« Lors de cette intervention, Nancy l’avait accompagné, une fois de plus ; quand il remonta dans sa chambre, et ouvrit la tunique d’hôpital pour lui montrer la bosse du pacemaker sous la peau, elle dut détourner la tête. « C’est pour me protéger, ma chérie, il ne faut pas que ça te perturbe – Je sais bien que c’est pour te protéger, et je suis contente que cet appareil existe, mais ça fait un choc, parce que… », elle en avait trop dit pour s’en sortir par un pieux mensonge, « tu as toujours fait tellement jeune ! – Mais je suis plus jeune avec que sans. Maintenant je vais pouvoir faire tout ce que j’aime, et sans avoir peur que mon arythmie ne me mette en danger. » Mais elle demeura toute pâle, désemparée, incapable d’endiguer les larmes qui lui inondaient le visage. »  

 

 

philip rothPhilip Roth   Un homme  Gallimard – 153 pages –

Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Josée Kamoun

07:39 Publié dans Etrangers | Tags : philip roth | Lien permanent | Commentaires (6) |  Imprimer |  Facebook | | |

Commentaires

Pas le meilleur Roth à mon goût, mais il y a quand même quelque chose de déchirant, de tragiquement lucide, dans cette "confession" post-mortem...

Écrit par : BlueGrey | 23/10/2015

Ce n’est pas le meilleur roman de Philip Roth, c’est certain – pour vous et moi -, néanmoins, et je le précise pour tous ceux qui ne connaitraient pas l’œuvre de l’écrivain, même un « petit » roman de l’auteur, reste un roman d’un bon niveau au regard de la production littéraire mondiale…

Écrit par : Le Bouquineur | 24/10/2015

Bonjour,
Conseillons donc Portnoy... Pour les plus jeunes d'entre nous...
Sinon, avez-vous le projet de chroniquer le dernier Martin Amis ? Parce que le sujet me paraît diablement intéressant, les critiques sont très partagees et je me fierais volontiers à votre point de vue toujours fin et éclaire pour savoir si je me lance dans cette lecture, étant donne que j'ai si peu de temps pour lire... Eh oui, j'utilise égoïstement le temps des autres pour optimiser le mien, une nouvelle forme d'exploitation de son prochain est née !

Écrit par : Condie Rais | 24/10/2015

On pourrait conseiller – à ceux qui ne connaissent pas encore l’écrivain – « Portnoy et son complexe » bien sûr mais aussi « Opération Shylock » époustouflant de virtuosité étourdissante où Philip Roth acteur de son propre roman y croise son sosie ! Mais ce ne sont que deux exemples parmi nombre d’autres…
Concernant Martin Amis et son nouveau bouquin polémique « La Zone d’intérêt », je n’ai pas prévu de le lire : le sujet ne m’intéresse pas, la polémique sur la Shoa me semble malsaine et enfin, je crains de ne pas être assez armé intellectuellement pour faire le tri entre le vrai et le faux.
Par contre, n’ayez aucuns scrupules à « utiliser égoïstement le temps des autres pour optimiser le mien », car c’est exactement le but que je me suis assigné avec ce blog, rendre compte le plus clairement possible du contenu des livres pour que ceux qui seraient tentés, ne perdent ni leur temps ou leur argent dans des lectures qui s’avéreraient finalement décevantes pour eux.

Écrit par : Le Bouquineur | 25/10/2015

Un auteur extraordinaire "la tâche" est un des romans les plus forts que j'ai lu ces dernières années.

Écrit par : luocine | 24/10/2015

Oui, Luocine, un écrivain extraordinaire, qui de son vivant s’est déjà inscrit dans la catégorie enviée des « classiques » de la littérature. On pourrait citer plusieurs de ses romans comme incontournables, chacun puisera dans son œuvre selon ses goûts. J’ai lu nombre de ses romans et j’ai bien l’intention de tous les lire dans le futur.

Écrit par : Le Bouquineur | 25/10/2015

Les commentaires sont fermés.