Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/02/2018

Haruki Murakami : Des hommes sans femmes

haruki murakami, kafka, Haruki Murakami  né à Kyoto en 1949, est un écrivain japonais. Fils d'un enseignant de littérature japonaise en collège, il opte pour les arts théâtraux et souhaite devenir scénariste de cinéma. Après ses études à l'université il est pendant huit ans, responsable d'un bar de jazz à Tokyo, l’une de ses passions avec les chats. Après un premier ouvrage publié au Japon en 1979 et sa renommée établie après plusieurs romans à succès, il part vivre à l'étranger, en Europe (Italie et Grèce), puis aux Etats-Unis. Il revient vivre au Japon en 1995, marqué par le tremblement de terre de Kobe et l'attentat au gaz sarin de la secte Aum dans le métro de Tokyo. Haruki Murakami est également traducteur en japonais de plusieurs écrivains anglo-saxons parmi lesquels Scott Fitzgerald, John Irving ou encore Raymond Carver.

Dernier ouvrage paru, Des hommes sans femmes est sorti en 2017. Il s’agit d’un recueil de sept nouvelles.

Voilà le genre de bouquin qui devrait plaire à tout le monde, me semble-t-il. Haruki Murakami nous offre des moments de lecture sans heurts, comme un diseur d’histoires qui n’élève jamais le ton – sans être monocorde pour autant -, il nous entraine dans des textes bizarres mais pas trop, mystérieux un peu ; sans être complètement déstabilisé le lecteur se sent parfois sur le fil du rasoir, il n’y a pas danger mais il est intrigué : dans ce genre, Samsa amoureux, est une nouvelle-hommage à La Métamorphose de Kafka mais ici, dans le sens inverse ; de même, dans Le bar de Kino, qui est cet étrange client venant en aide au propriétaire ? On ne le saura pas et l’on s’en réjouit, c’est la fête à l’imagination.

Toutes les nouvelles ne sont pas teintées d’étrange, ce n’est pas le thème du recueil. Comme l’indique le titre du livre et de la dernière nouvelle, l’écrivain s’attache à croquer le portrait d’hommes seuls, ils ne sont pas en recherche de femmes absolument mais c’est ainsi, certains ont été mariés un autre célibataire endurci. Pourtant, il y a toujours une femme, dans chaque nouvelle, qui va marquer ou a marqué leur vie.

Comme le plus souvent chez l’écrivain, on retrouve des références musicales précises (jazz et pop rock), une écriture d’apparence très simple et classique au service de récits presque banals s’ils ne bifurquaient délicatement. Ses personnages sont tous sympathiques, on les devine non violents et calmes, ce qui induit une lecture apaisée dont on ne cherche pas à accélérer le rythme pour rester dans le tempo suggéré par le chef d’orchestre.

 

« Pour une raison inconnue, Tokai, depuis tout jeune, n’avait jamais eu le projet de se marier ou de fonder une famille. Il était étrangement convaincu que la vie conjugale n’était pas faite pour lui. Aussi, d’emblée, s’était-il efforcé d’éviter les femmes en quête d’un mari – si séduisantes qu’elles aient été par ailleurs. Du coup, les femmes avec qui il entretenait des relations étaient soient mariées, soient pourvues d’un petit ami en titre. Tant qu’il s’en tenait à ce principe, aucune de ses partenaires ne songerait à se marier avec lui. (…) Mais pour Tokai, en vérité, ce type d’aventures, c’était à la fois sa grande fierté et son plus grand plaisir. » [Un organe indépendant]

 

haruki murakami, kafka, Haruki Murakami  Des hommes sans femmes  Belfond – 294 pages –

Traduit du japonais par Hélène Morita

Écrire un commentaire