compteur de visite

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/11/2021

Tom Robbins : Jambes fluettes, etc.

tom robbinsThomas Eugene Robbins, né en 1932 en Caroline du Nord, est un écrivain américain. Tom Robbins a étudié le journalisme en 1954 à l'Université de Lexington en Virginie, mais n'a pas obtenu de diplôme. Engagé dans l'armée de l'air, il a servi pendant la guerre de Corée durant cinq ans et à son retour à la vie civile, il étudie l'art au Richmond Professional Institute de Richmond, Virginie. Après avoir obtenu son diplôme, il déménage sur la côte ouest, où il devient journaliste pour le Seattle Times. Il habite depuis de nombreuses années dans l'Etat de Washington. Publié en 2014, Jambes fluettes, etc. vient d’être réédité dans une collection de poche.

Si vous connaissez cet écrivain, vous êtes habitués à ses romans barjots dans leur forme et celui-ci n’échappe pas au genre. De plus, étant assez long, en faire un résumé s’avère impossible, donc je ne donnerai que quelques éléments de l’intrigue.

Partis de Virginie, Boomer et sa compagne Ellen font route vers New York. Lui est soudeur, elle aspire à une carrière artistique dans la peinture. Ca va commencer à déjanter quand je vous dirai qu’ils sont à bord d’un camping-car en forme de dinde rôtie ! Puis que d’autres « acteurs » vont aussi viser la Grosse Pomme : une Coquille et un Bâton talismans d’âge biblique, une Fourchette, une vieille Chaussette sale et une Boite de conserve, à leur train, font le même périple, ces derniers envisageant de se rendre in fine à Jérusalem pour participer à la construction du Troisième Temple et l’arrivée du second avènement. Dans un premier temps, Ellen échoue comme serveuse dans un restaurant tenu par un Juif et un Arabe, face à l’immeuble de l’ONU…

Le roman est découpé en sept chapitres, comme les sept voiles de la fameuse danse de Salomé, chacun se refermant sur une vérité touchant la compréhension de la Vie.  

Le roman brasse de nombreux thèmes, Robbins étant à l’écrit ce qu’à l’oral serait un tchatcheur au bagout infernal. Pour ne m’arrêter qu’aux deux principaux : il est beaucoup question du conflit Palestinien et des relations entre Juifs et Arabes, l’écrivain remontant à la nuit des temps pour nous en donner les clés ; le gars en connait un rayon sur les temps bibliques, ou du moins il est sacrément bien documenté. Revenant à aujourd’hui, il y aura un attentat contre le restaurant, et un prêcheur illuminé (par ailleurs oncle d’Ellen) tentera de fomenter un complot pour mettre à feu Jérusalem.

Le second thème traite de l’Art et sera la cause d’une séparation temporaire entre Ellen et Boomer quand le second, par un pur hasard, se retrouve propulsé artiste moderne côté avec ses bricolages de soudeurs. De quoi agacer un max notre artiste peintre pleine d’illusion sur le monde de l’art…

Le récit est très drôle, le langage imagé ; le rythme enlevé, l’inventivité sans limites de l’écrivain et son humour enlèvent le morceau, d’autant que vous avez bien compris qu’il y a néanmoins un fond sous cette exubérance apparente. Le roman est long mais c’est aussi un des éléments inéluctables qui concourent à son intérêt car ça digresse dans tous les sens avec une accumulation de trucs marrants et d’autres très pointus, de l’époque des Cananéens aux Américains d’aujourd’hui. Un effet de masse voulu, que j’accepte.

Un bon bouquin du philosophe (??) Tom Robbins, mais c’est spécial.  

 

 

« Evidemment, tant qu’il y aurait des moutons crédules, il y aurait des meneurs pour les exploiter. Et il y aurait des moutons crédules tant que l’humanité n’aurait pas atteint ce palier philosophique qui lui permettrait de prendre conscience que sa grande mission dans la vie n’avait rien à voir avec une lutte quelconque entre classes, races, nations ou idéologies, mais relevait plutôt d’une quête personnelle visant à développer l’âme, affranchir l’esprit et éclairer le cerveau. Sur le chemin de cette quête, la politique n’était qu’une barricade édifiée par des babouins brailleurs. »

 

 

tom robbinsTom Robbins   Jambes fluettes, etc.   Gallmeister Totem  - 668 pages –

Traduit de l’américain par François Happe

 

07:00 Publié dans Etrangers, ROMANS | Tags : tom robbins | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Écrire un commentaire