compteur de visite

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/06/2022

Violette Leduc : Trésors à prendre

violette leducViolette Leduc (1907-1972) est une romancière française. Fille illégitime d’un fils de famille de la haute bourgeoisie de Valenciennes qui refuse de reconnaître l'enfant, elle est marquée par la honte de sa naissance. Une vie difficile et scandaleuse pour l’époque, des liaisons homosexuelles, un court mariage ou des amours masculines sans retour car ce sont eux-mêmes des homosexuels, un avortement où elle manque mourir. En 1939, elle est secrétaire pour la Nouvelle Revue Critique, en 1942 elle commence à écrire des souvenirs d’enfance. En 1945, présentée à Simone de Beauvoir elle en tombe amoureuse et la compagne de Sartre qui reconnait immédiatement son talent, la soutiendra toute sa vie. En 1964 elle frôle le Goncourt pour son roman La Bâtarde, une fiction autobiographique. Violette Leduc a fait de sa vie la matière principale de ses livres, ce qui en fait une des pionnières de l’autofiction. Trésors à prendre, récit datant de 1960, vient d’être réédité.

C’est sur les conseils de Simone de Beauvoir que Violette Leduc va parcourir le sud de la France, sac au dos, Le Puy, Albi, Cordes (« Il y a à Cordes, entre les vieux habitants et les ruines, des barbelés qui sont les barbelés du respect. »), Marseille… A pied, en train ou micheline, en stop, un parcours sans ligne bien définie, rien de rectiligne dans ce qu’elle en rapporte ici. Des repas frugaux (« sardines, tomates, vache qui rit, raisin, sur un banc ombragé… »). Des rencontres bien entendu, mais vraiment très particulières voire mystérieuses (comme ces deux femmes à Albi, une vieille et l’autre avec son parapluie !).

Récit, journal de voyage, un peu des deux ou bien quelque chose de tout à fait différent plus sûrement car ne s’adressant pas aux randonneurs potentiels, l’un des éléments faisant la grande originalité de ce texte.

Disons les choses clairement tout de suite, ce bouquin n’est pas facile à lire. Même pour moi qui aime beaucoup cette écrivaine, j’ai beaucoup peiné à le terminer. Le style est au-dessus de tout soupçon, magistral, la preuve d’une grande écrivaine, mais c’est aussi sa faiblesse car il en rend la lecture complexe pour un lecteur lambda ; je crois que c’est ce que l’on qualifie de livre pour écrivains.

Sous couvert de voyage, le texte est une longue lettre d’amour à destination de Simone de Beauvoir, jamais nommée mais appelée « Madame ». Amour et découverte des régions visitées se rejoignant dans une sorte d’extase quasi mystique (« Moi religieuse dès qu’il s’agit de vous, j’ai frôlé avec mes lèvres l’épiderme ardent de la cathédrale. »).

Un livre où l’esprit tourmenté (euphémisme) de l’écrivaine est particulièrement évident, toujours très sévère avec ceux qu’elles croisent ou carrément raide quand elle évoque ses parents (« Mon père dont je me désintéresse, qui n’a été pour moi qu’un jet de sperme (…), [ma mère] je ne l’accable pas. Elle a été plus qu’humiliée : un cas. »).

 

« Je suis du sexe féminin, mon sexe doit se taire, demeurer neutre, se vouloir faible, effacé dans une salle de douze hommes, douze puissances d’indifférence après le boire et le manger. Que pouvais-je faire ? Prendre la parole, attaquer la gérante, les ouvriers… Je ne me délivre pas d’une éducation innée, de ma saloperie d’hérédité de bâtard, je ne m’en délivre pas surtout dans un cas de terrifiante injustice comme celui-ci. Je ne peux pas parler en public, au-delà d’un auditeur, je ne peux pas m’imposer. Ma réclamation dès le début eût tourné à la clownerie. »

 

 

violette leducViolette Leduc   Trésors à prendre   Gallimard  L’Imaginaire  - 292 pages -  

Écrire un commentaire