compteur de visite

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/07/2022

Claire Keegan : Ce Genre de petites choses

claire keeganClaire Keegan, née en 1968, est une femme de lettres irlandaise. Issue d’une famille catholique nombreuse, elle a grandi dans une ferme du comté de Wicklow. Elle quitte le pays à l’âge de 17 ans pour les Etats-Unis. Elle étudie l’anglais et les sciences politiques à l’Université de Loyola à la Nouvelle-Orléans. En 1992, elle rentre en Irlande avant d’entreprendre un master d'écriture créative à Cardiff pour devenir écrivain. Alors qu’elle est au chômage, elle accepte un poste d’enseignante à Dublin dans lequel elle s’épanouit.

Ce Genre de petites choses, une novella, date de 2020. Fiction absolue mais néanmoins basée sur l’un des évènements tragiques révélés ces dernières années en Irlande, impliquant l’Eglise catholique. Ici, l’incarcération forcée de jeunes filles-mères dans des établissements de blanchisserie financés par l’Eglise. Les détails sont donnés en fin d’ouvrage par l’écrivaine.

New Ross, petite ville d’Irlande à la fin de l’année 1985. Bill Furlong, marchand de bois et charbon mène une vie agréable, au vu de son passé douloureux, né de père inconnu. Marié avec Eileen, ils ont cinq filles qui réussissent bien en classe et la famille peut être qualifiée d’aisée comparée à nombre de leurs voisins. Noël approche, on prépare les fêtes ; l’hiver donne du travail supplémentaire à Furlong et ses employés, mais nul ne rechigne à la tâche. A l’occasion d’une livraison au couvent, il découvre par hasard une jeune fille enfermée dans le local à charbon, en piteux état. Bien vite la mère supérieure arrive et s’empresse autour de la malheureuse, se réjouissant qu’elle ait été retrouvée, lui intimant le repos avant de reprendre son travail à la blanchisserie. Furlong s’étonne de la situation, des rumeurs courent le village sur le cas de ces filles, une relation lui conseille d’oublier s’il ne veut pas compromettre son avenir (« Tous sont de mèche »)…

Bil Furlong est un homme simple qui connait sa chance d’avoir échappé à la misère qui lui était promise grâce à une femme qui a su faire preuve de compassion. Le sort de la jeune fille le tracasse et il doit affronter un dilemme, l’oublier comme il semble que ce soit la règle autour de lui, continuer à vivre heureux, préparer Noël et se réjouir, ou bien tenter de sortir la petite de cette prison qui n’en a pas le nom mais dont il sait que le prix à payer sera lourd pour lui et sa famille ?

Magnifique récit. Le fond est d’une grande puissance, l’exploitation inimaginable de ces pauvres femmes et de leurs bébés, un homme quelconque prêt à risquer beaucoup face à l’institution religieuse si puissante. Quant à la forme c’est-à-dire l’écriture, diamétralement opposée à la puissance précitée, elle est tout en nuance, fragilité, économie de mots ; un style qui touche directement le cœur du lecteur.

Magnifique.

 

 

« Comme il se sentait presque grand et léger à marcher avec cette fille près de lui et une joie fraîche, nouvelle, inouïe dans le cœur ! Etait-ce possible que le meilleur aspect de lui-même soit en train de resplendir, et d’émerger ? Une part de lui-même, quel que soit le nom que l’on puisse lui donner – un nom existait-il, d’ailleurs ? -, s’emballait, il le savait. Il était indéniable qu’il le paierait, mais jamais dans toute son humble vie il n’avait connu un bonheur semblable à celui-ci, pas même lorsqu’il avait reçu dans ses bras ses filles nouvelles nées et avait entendu leurs pleurs. »

 

 

claire keeganClaire Keegan   Ce Genre de petites choses   Sabine Wespieser   - 112 pages -    

Traduit de l’anglais (Irlande) par Jacqueline Odin

 

07:00 Publié dans RECITS | Tags : claire keegan | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Tu es très convaincant ! Ceci dit je me laisse d'autant plus facilement convaincre que j'avais beaucoup aimé "Les trois lumières", de cette autrice, et notamment ce que tu évoques dans ce billet = son écriture à la fois éloquente et délicate..

Écrit par : Ingannmic | 25/07/2022

Répondre à ce commentaire

De bonnes critiques de son nouvel ouvrage dans la presse m’ont fait pressentir qu’il fallait que je découvre cette écrivaine. Riche idée car j’en suis encore baba ! Quelle écriture ! Ma médiathèque n’est pas très riche mais dès que l’occasion se présente j’en reprendrai une dose.

Écrit par : Le Bouquineur | 25/07/2022

Écrire un commentaire