Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/12/2013

Bernard Ollivier : Longue marche

bernard ollivierBernard Ollivier est un journaliste et écrivain né en 1938 dans la Manche. Après une carrière de journaliste politique et économique, à la retraite et veuf, il décide de se consacrer à l'écriture et de marcher jusqu'à Saint Jacques de Compostelle avant d’entreprendre une longue marche sur la Route de la Soie. Comme écrivain, il publie des nouvelles dont un recueil sur les sans domicile fixe, des romans policiers, mais aussi des récits de ses voyages. Le succès de ses ouvrages lui permet de fonder plus tard l'association Seuil pour la réinsertion par la marche des jeunes en difficulté.

 Longue Marche est un récit en trois volumes, relatant son voyage de 12 000 kilomètres à pied sur la Route de la Soie, d’Istanbul à Xian en Chine. Le premier tome abordé aujourd’hui, sous-titré Traverser l’Anatolie est paru en 2000. Il est consacré au trajet effectué entre Istanbul en Turquie, jusqu’à la frontière avec l’Iran.

J’avais découvert l’auteur en 2009 avec son délicieux Aventures en Loire où il s’était aventuré sur le fleuve en canoë, alors qu’il n’en n’avait jamais fait de sa vie ! Je le retrouve avec plaisir pour ce récit exclusivement pédestre qui fait lever les yeux au ciel quand on suit sur la carte, la distance qu’il prévoit de parcourir à pied. En trois fois, certes, mais pédibus quand même.

Ce qui m’a le plus frappé en le lisant, c’est la différence de ton entre Aventures en Loire datant de 2009 et Longue Marche paru en 2000. Près de dix ans qui font toute la différence. Le récit le plus ancien trahit la situation morale de l’écrivain, il entre dans la retraite et elle lui pèse déjà, homme d’action il lui faut très rapidement trouver un sens à sa nouvelle vie, d’autant qu’il la passera seul, devenu veuf. Quand souvent les récits de marche appuient sur l’aspect quasi zen de l’entreprise, Bernard Ollivier avoue, « La difficulté pour moi n’est pas de marcher mais de m’arrêter » ou bien quand exténué « Le bon sens voudrait que je ne fasse rien. Mais ça, je ne sais pas. » La marche sera donc une thérapie destinée à le sauver de ses propres démons, plus qu’une randonnée sportive et culturelle. Et il s’y applique avec fougue pour ne pas dire obstination un peu bornée – si j’ose – quand deux ou trois fois, obligé par les circonstances à faire quelques kilomètres en voiture pour s’éloigner en hâte d’une zone, il mettra un point d’honneur à y revenir plus tard pour refaire le trajet à pied !

Le périple en Turquie s’avère riche en péripéties. Le marcheur est considéré avec un étonnement curieux par les autochtones qui l’assaillent de questions ou l’invitent, presque de force, à boire un thé ici, partager un repas là. Bernard Ollivier loge souvent chez l’habitant, car sa route ne passe que par de petits villages, nous découvrons alors les mœurs indigènes dans les contrées régies par l’Islam où l’hospitalité n’est pas un vain mot. Pour autant la route n’est pas un long ruban tranquille, trois fois il sera confronté à des voleurs potentiels et le récit devient angoissant. Mais c’est aussi la période où la Turquie se débat avec le PKK, Le Parti des travailleurs du Kurdistan formé en 1978 par Abdullah Öcalan (dans l’ouvrage, l’auteur l’orthographie Odjalan, ce qui trouble le lecteur) une organisation armée se présentant comme un mouvement de guérilla, dont le leader incarcéré se prépare à être jugé. Le voyageur pédestre et suspect aux yeux des militaires sera l’objet de brimades et ennuis désagréables. Mais ce ne sera pas tout, il y aura un ou deux fous furieux croisés en pleine campagne, sans oublier les terribles kangals, énormes chiens de berger gardant les troupeaux.

Comme souvent, l’ennemi le plus dangereux est celui de l’intérieur. En l’occurrence, les boyaux du pèlerin ! Alors qu’il n’est plus qu’à une journée de marche de la frontière avec l’Iran, une dysenterie amibienne le cloue au lit et il sera rapatrié vers la France. Mais déjà il envisage son prochain voyage, bien décidé à le reprendre là exactement où il s’est arrêté. Borné, je vous l’avais dit !      

 

« Il faudrait donc que je marche moins longtemps, moins au soleil, moins sous la pluie. Dans la marche à pied, nul ne peut tricher. L’engagement est total. Je suis seul porteur de mon corps, de mon sac-mémoire, sac-pharmacie, sac-vêtements, sac-victuailles, sac-lit. Toute erreur se paie, tout de suite ou demain. Je marche seul et ne peut compter sur rien ni personne. Je suis isolé par la langue, par ma carte mal fichue, par le chemin que j’ai choisi. »

 

 

bernard ollivierBernard Ollivier  Longue marche (1- Traverser l’Anatolie)  Phébus

 

 

 

 

 

 

 

 

 

09:08 Publié dans VOYAGES | Tags : bernard ollivier | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer |  Facebook | | |