Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/06/2017

Est-il bon de connaître les écrivains ?

Quand je regarde à la télévision des reportages sur les lieux de vie d’écrivains, lesquels reçoivent chez eux un journaliste leur ouvrant une part de leur intimité, quand j’ai écho des forums de discussions entre ces mêmes ou de croisières littéraires entre ces compères etc. Une question me vient toujours à l’esprit, cette proximité amicale entre un auteur et un journaliste n’a-t-elle pas obligatoirement des retombées sur l’objectivité du chroniqueur quand il nous parle des livres de l’écrivain ?

Je ne parle pas de connivence complice – là le problème est réglé – mais de cette sympathie qui peut s’établir entre deux êtres et qui tempère nos critiques. Personnellement, je sais que je ne pourrais pas avoir ce type de relation et chroniquer honnêtement le bouquin d’un écrivain que je connaitrais un peu. Connaitre un peu, pouvant se limiter à une courte discussion avec lui lors d’un salon du livre ; dès qu’un échange verbal s’établit, immédiatement (du moins pour moi) empathie ou son contraire déclenche un rapport amical ou négatif, et dans les deux cas, mes critiques de livres en seraient altérées.

C’est pourquoi je ne cherche jamais à rencontrer les écrivains et ne fréquente aucun salon du livre. Je vois bien les nombreux avantages qu’on peut retirer de discussions avec un auteur, les sujets d’échanges ne manqueraient pas. Mais ça corromprait mes chroniques. D’ailleurs, posez-vous la question : cet écrivain croisé une ou plusieurs fois sur un salon du livre, avec lequel j’ai échangé quelques propos, est-ce que je n’ai pas le sentiment que désormais je le lis avec un œil plus favorable voire indulgent ?

J’en étais là de mes réflexions, les imaginant toute personnelles quand à quelques mois d’intervalle, deux écrivains célèbres ont apporté de l’eau à mon moulin. Tout d’abord, en lisant le texte de Somerset Maugham, « Le Grand écrivain », l’auteur anglais relate la manœuvre employée par un confrère : si une critique d’un de ses livres est mauvaise, il invite amicalement le journaliste à déjeuner pour qu’il lui explique son point de vue en détail, « En général, après une demi-douzaine d’huîtres et une tranche de selle d’agneau, le critique rend les armes et au roman suivant, comme de juste, il constate avec joie un sérieux progrès. »

Autre son de cloche tiré de l’entretien donné par Pascal Quignard au magazine Lire daté ce mois. A une époque, l’écrivain était lecteur chez Gallimard, « Claude Gallimard tenait absolument à ce que nous ne rencontrions jamais les écrivains que nous publiions – encore moins les journalistes-, afin de s’assurer que nous n’aurions pas de préventions dans nos jugements. Le comité de lecture était une sorte de sanctuaire qui interdisait totalement de croiser qui que ce soit. Le monde de l’édition a bien changé, puisque j’ai tendance à croire qu’on vous demande le contraire, aujourd’hui. »

Loin de moi l’idée de vouloir donner des leçons d’éthique ou de tenter de contribuer à alimenter les rumeurs de « copains et coquins », il s’agit juste d’un sujet de réflexion que je tenais à partager avec vous. Alors si vous avez un avis sur la question…

 

Commentaires

Joli sujet. Dans un sens (quand l'auteur n'a l'air que moyennement sympa) c'est plus facile pour moi de dire du bien du bouquin (s'il le mérite, bien sûr) et ça je l'ai fait, mettant sur le compte de la timidité ou de précédentes rencontres malheureuses avec les lecteurs ce qui me paraissait de la méfiance.
Dans l'autre sens;.. voilà le problème, je suis en plein dedans! Je viens de terminer un roman d'un auteur que j'aime beaucoup, qui a du talent et est très sympa (et ça je le pense depuis le début!) mais comme c'est en partie sa vie qu'il raconte et que cette partie, je la connais (n'imagine rien, je n'en fais pas partie!), j'ai peur d'écrire un billet, qui de toute façon ne sera que difficilement objectif.
Je laisse maturer l'affaire.
Et encore je ne suis qu'une modeste blogueuse, alors comment font les journalistes (y compris ceux qui aussi pondent des livres? ^_^)

Écrit par : keisha | 11/06/2017

Répondre à ce commentaire

Et voilà ! Nous sommes en plein dans le dilemme ! Merci Keisha pour ce commentaire qui éclaire fort bien mon billet. J’espère que d’autres auront des choses à dire, ça devrait être intéressant….

Écrit par : Le Bouquineur | 11/06/2017

Cela en surprendra certains mais je pense qu'il n'y a aucun intérêt à rencontrer les écrivains. :-) Je pense qu'il vaut mieux se limiter au contact de leur production. Les connaître n'apporte que des interférences.

Il est très fréquent que j'apprécie beaucoup certains écrivains, tout en sachant que je n'aurais pas supporté la personne cachée derrière ;-)

Autre point: je pense que les auteurs sont rarement ceux qui parlent le mieux de leurs œuvres, et ils sont rarement ceux qui les jugent le plus clairement. Exemple entre mille, P.K. Dick passant sa vie à vouloir écrire un roman "normal" sans bien réaliser l'auteur de sf génial qu'il était.

Écrit par : Sibylline | 12/06/2017

Répondre à ce commentaire

Je te reçois 5 sur 5 et suis entièrement d’accord avec toi. Je n’avais pas osé aller aussi loin de peur d’effrayer mes lecteurs… Ceci dit, notre réflexion commune ne concerne pas que les écrivains, c’est valable pour tous les artistes (fan de rock, j’aime la musique de certains qui sont de sales mecs dans la vie) et même pour tout le monde : un bon professionnel (dans n’importe quelle activité) ne protège pas d’être un homme peu fréquentable.
Autre point d’accord, c’est très vrai que les écrivains ne sont pas toujours ceux qui parlent le mieux de leurs livres…

Écrit par : Le Bouquineur | 12/06/2017

Bah mes auteurs chouchous déclarés tels sur mon blog sont soit morts soit étrangers, donc je demeure objective! ^_^
On peut aussi lire les romans de ceux que l'on connait, et ne pas en parler sur son blog.

Écrit par : keisha | 14/06/2017

Répondre à ce commentaire

Excellente réponse ! Sûr qu’avec les écrivains morts on ne peut envisager de connivences réelles ou supposées. Et pour ceux dont on ne parle pas, la question ne se pose pas…

Écrit par : Le Bouquineur | 14/06/2017

Écrire un commentaire