compteur de visite html

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/10/2019

Ludmila Oulitskaïa : La Soupe d’orge perlé

ludmila oulitskaïaLudmila Oulitskaïa est née en 1943, dans l'Oural. Elle a grandi à Moscou et fait des études de biologie à l'université. Auteur de nombreuses pièces de théâtre et scénarios de films, depuis le début des années 1980 elle se consacre exclusivement à la littérature après que ses premiers récits soient parus à Moscou, dans des revues.

Ce tout petit livre qui vient de paraître dans une collection de poche à prix réduit reprend trois nouvelles (Le 2 mars de cette année-là, La varicelle et La soupe d’orge perlé extraites du recueil Un si bel amour et autres nouvelles (2001). Le point commun à ces trois textes, l’enfance, puisque chacun d’eux a pour personnage principal une ou plusieurs fillettes.

Dans la première nouvelle, tandis que Staline se meurt, Aaron l’arrière-grand-père de Lilia en fait autant de son côté et la gamine juive est persécutée par un jeune voisin. La Varicelle, est le seul texte de ce recueil à m’avoir séduit. On y suit des petites filles ayant des jeux de leur âge, comme se déguiser avec des vêtements d’adultes trouvés dans une vieille malle et jouer au papa et à la maman. Une découverte de la sensualité, mystérieuse pour la plupart d’entre elles. La dernière nouvelle qui donne son titre au livre, fait appel aux souvenirs plus ou moins bien mémorisés d’une enfant où il est question de mendiants ou de gens pauvres à qui l’on offre un peu de chaleur et de nourriture…

Un livre minuscule, parfaitement écrit et très charmant j’en conviens, mais ça s’arrête là. Et je m’interroge, est-ce que la nouvelle est le format adéquat pour cette écrivaine ? Il me semble que la longueur se prête mieux à son style d’écriture où le lecteur doit lentement se laisser engloutir pour y trouver ses repères…

 

« « Tu n’as qu’à demander à Lilia comment ça s’appelle ! Elle sait tout. » Gaïka serrant la poupée contre son cœur, se dirigea vers la cuisine. Lilia était perchée sur son tabouret, elle avait changé de jambe, si bien que c’était maintenant la jambe nue qui se balançait dans le vide, et ses pupilles couraient sur les lignes à toutes allures. « Lilia ! dit Gaïka en lui touchant l’épaule. Dis-moi, mais pour de vrai, hein ? Comment ça s’appelle, ce qu’on fait pour avoir des enfants ? Lilia leva un regard distrait, réfléchit un instant, et dit avec le plus grand sérieux, d’une voix un peu enrouée : « Le cosinus ! » et elle se replongea dans son livre. Sa grand-mère lui avait tout expliqué honnêtement, de façon scientifique, l’année dernière. » [La varicelle]

 

 

ludmila oulitskaïaLudmila Oulitskaïa   La Soupe d’orge perlé et autres nouvelles   Folio

Traduit du russe par Sophie Benech  

07:00 Publié dans NOUVELLES | Tags : ludmila oulitskaïa | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | | |

Commentaires

Alors je ne me lance pas dans cette lecture tes réserves m'ont convaincue.

Écrit par : luocine | 04/10/2019

Répondre à ce commentaire

Disons que cette lecture est dispensable…. Mais l’écrivaine sait faire beaucoup mieux par exemple avec le roman « Le chapeau vert » !

Écrit par : Le Bouquineur | 04/10/2019

Écrire un commentaire