compteur de visite html

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/11/2019

Blogueur, un job usant

Ces dernières semaines, plusieurs blogs que je visite régulièrement montrent des signes d’usure ou de lassitude mal définie par leurs rédacteurs. Moi aussi je suis passé par cet état, pensant abandonner voire fermer mon blog mais j’ai d’abord tenté de comprendre pourquoi j’en avais marre car ce n’était pas naturel : j’adore lire, n’imaginant pas ma vie sans lectures, et tout autant écrire. Alors d’où venait mon problème ?

C’est à partir de ma propre expérience que je vais essayer de donner quelques conseils à mes collègues blogueurs ou futurs rédacteurs de billets.

Le point le plus essentiel, ne pas tomber dans le stress ! Ca y est, lui aussi va nous bassiner avec ce concept moderne qu’on dégaine à toute occasion. Et pourtant. Au départ, je lis pour mon plaisir et rédige mes billets comme des aide-mémoire dans le même esprit, alors pourquoi ne pas en faire profiter les autres par cet outil moderne qu’est le blog ? C’est peut-être un peu prétentieux comme démarche, mais passons. Donc j’ai construit mon blog et vogue la galère mais qu’allais-je y faire dans cette galère, ai-je un jour pensé, car j’étais tombé dedans, dans le piège.

On pense créer un blog et y déposer ses billets à son rythme, pépère ou pas selon son caractère. Sauf que votre hébergeur de blog va vous proposer d’installer un compteur de visiteurs ou un module de statistiques, ce qui paraissait une super bonne idée se transforme bien vite en première marche du cauchemar. On suit ses chiffres de fréquentation, au début c’est timide puis on comprend comment fonctionne le système, on étend son réseau en se montrant sur les blogs des copains et copines et en retour la courbe d’audimat se redresse, et comme avec une drogue on devient prisonnier de ce compteur car quand la courbe retombe, on fait la gueule. Vite, sur la Toile on cherche les conseils des anciens : « multiplier les billets pour maintenir vos lecteurs attentifs » disait l’un, alors je me suis mis à lire frénétiquement, atteignant difficilement mes trois billets par semaine. Je me suis sorti de ce traquenard quand j’en ai pris conscience : premièrement j’ai changé de compteur, un truc très basique et à moitié fiable que je ne consulte plus aussi régulièrement, deuxièmement j’ai réduit la voilure en n’écrivant que deux billets par semaines. Si ça ne devait pas suffire je suis prêt à n’en écrire qu’un.

Le compteur de visiteurs induit un autre type de drogue, à savoir les réseaux sociaux. Là encore, si votre blog est rattaché (comme le mien) à une page Facebook et/ou un compte Twitter, le nombre d’abonnés à votre petite entreprise va vite vous stresser (surtout si vous le comparez à d’autres gens dans votre genre). Il faut absolument se détacher de cet affichage qui tue, sachant que ça va et ça vient très naturellement : un temps personne ne s’intéresse à vous, puis une vague d’abonnés déboule avant de s’effriter et ainsi de suite.

Nous avons vu les motifs de stress, ajoutons-y l‘usure naturelle. Après chaque lecture ces billets qu’on écrit et qui – selon la dose de talent dont nous disposons – deviennent répétitifs et donc lassant même pour leur rédacteur. Les sujets des romans ne sont pas si nombreux qu’on le croit, seul leur traitement fait la vraie différence. Et là je vous parle des vrais écrivains, alors moi modeste scribouillard de blog quand je rédige mon compte-rendu avec mon pauvre vocabulaire, je finis par tourner en rond avec mes propos et considérations bas de gamme. Si je n’en avais pas conscience, ça ne me poserait pas de problème mais hélas, ce n’est pas le cas, conséquence j’ai failli laisser tomber l’affaire plus d’une fois. Mais 1- j’aime écrire et ayant abandonné depuis longtemps toute ambition littéraire même secrète, il ne me reste que ça pour utiliser mon traitement de texte. 2- je n’oblige personne à venir sur mon blog. Qui m’aime me suive, quant aux autres ils font ce qu’ils veulent….

Je vais conclure pour ne pas vous ennuyer plus longtemps. Ne jamais s’imposer de cadences de publication de billets, jamais ! Ne pas faire une fixation sur le nombre de gens qui lisent vos billets ou vous suivent sur les réseaux sociaux. Ne jamais tomber dans le piège de la compétition. Ne lire que pour soi, n’écrire ses billets que pour soi (s’ils plaisent tant mieux, sinon tant pis) et donc réduire ses listes de livres à lire aux plus strictement essentiels, ne pas s’inscrire à trop de challenges de lectures proposés par certains collègues ; le concept est très instructif et permet de belles découvertes d’auteurs mais ça oblige à lire des bouquins non prévus...

La lecture est un plaisir solitaire qu’on peut éventuellement faire partager aux autres. Eventuellement, j’ai dit. Alors, si vous avez un petit coup de mou, décélérer, mettez en pause. Si ça doit repartir, ça repartira. Sinon tant pis, la seule chose qui importe c’est que vous continuiez à lire, tranquillement, ce qui vous plaît.    

 

07:04 Publié dans BILLETS DIVERS | Tags : blogs | Lien permanent | Commentaires (14) |  Facebook | | |

Commentaires

C'est tout à fait ça ! En tant que "vieille" blogueuse (presque 14 ans), j'en ai connu des moments de lassitude, des "j'arrête ?" et cela me prend encore de temps en temps... Ma solution ? Et bien je ralentis, ou j'arrête même, pour un temps. Mais je ne ferme pas mon blog, parce que si jamais l'envie revient, il est là, prêt à repartir. Ma devise pour garder le cap : "pas de contrainte, que du plaisir" ! ;)

Écrit par : BlueGrey | 11/11/2019

Répondre à ce commentaire

Excellente devise à laquelle je souscris bien évidemment !

Écrit par : Le Bouquineur | 11/11/2019

Je crois qu'il s'agit d'une phase de la maturité bloguesque, tout à fait normale, et bien sûr vos conseils résonnent bien en moi, je viens d'y passer et j'ai levé le pied. Moins de billets, s'il le faut je fais un billet pour trois titres, et voilà. Je lis ce que je veux (même si mes lubies du moment ou auteurs chouchous peuvent lasser les visiteurs ^_^). Quant aux visiteurs venus de l'est, par exemple, j'ai des doutes sur leur identité voire leur existence réelle, à mon avis il doit s'agir de trucs que je ne maîtrise pas.
J'apprécie toujours vos billets, même si question commentaires je lève aussi le pied.

Écrit par : keisha | 11/11/2019

Répondre à ce commentaire

C’est tout à fait cela une phase de « maturité bloguesque », une étape normale et pour ainsi dire obligatoire par laquelle nous passons tous, de même que les tourments de l’adolescence pour le futur adulte. Il faut le savoir et ne pas s’en inquiéter…

Écrit par : Le Bouquineur | 11/11/2019

Et bien je partage entièrement cet avis. Je publie peu (environ une fois par semaine) et surtout je n'écris pas sur tous les livres que je lis parce que je ne sais pas toujours quoi en dire. Et puis, vous dites une chose importante, on se sent tout petit quand on pose des mots sur un texte qu'on a ou non apprécié, et cela peut remettre en cause notre désir de publier nos avis. Et pour finir ce piège de la chasse aux commentaires, aux articles vus, c'est terrible, c'est un mal de la société actuelle, il faut être fort pour prendre du recul par rapport à ça. Mais on fait aussi de belles rencontres virtuelles à travers les blogs...

Écrit par : krol | 11/11/2019

Répondre à ce commentaire

« on se sent tout petit quand on pose des mots sur un texte qu'on a ou non apprécié, et cela peut remettre en cause notre désir de publier nos avis » C’est vrai mais il ne faut pas hésiter non plus à donner son avis puisque le blog ne sert qu’à cela ! Toutes les voix ont le même poids, c’est l’oreille dans lesquelles elles tombent qui fait la différence.
« Et pour finir ce piège de la chasse aux commentaires, aux articles vus, c'est terrible, c'est un mal de la société actuelle, il faut être fort pour prendre du recul par rapport à ça. » C’est vrai, c’est typique du monde dans lequel nous vivons aujourd’hui. Je peux me permettre d’être fort vu mon âge (j’ai vécu si longtemps sans les Réseaux sociaux et même sans Internet !!!) mais pour les plus jeunes ça doit être moins évident… hélas.
« Mais on fait aussi de belles rencontres virtuelles à travers les blogs... » c’est l’un des intérêts des blogs, à ne pas négliger.

Écrit par : Le Bouquineur | 11/11/2019

Bonsoir,

Joli billet d'un blogueur qui a roulé sa bosse ^^. Je suis d'accord sur certains principes. Le compteur de vues ne sert à rien si ce n'est flatter l'égo ou déprimer selon la fréquentation.
Perso, j'écris pour les autres dans le but de leur apporter de la valeur ajoutée. Mes écrits sont pour l'instant secondaire et je n'en parlerai jamais. Les personnes s'y intéresseront si elles le veulent.
Tout blogueur devrait avoir une charte éditoriale, maintenant effectivement lorsque l'on est en roue libre, on fait ce que l'on veut. Ecrire pour soi est une option louable mais pas pour moi. J'aime mettre en avant les autres, c'est un ressort éducatif.
Je ne blogue que depuis 10 ans, mais je me suis toujours attaché à écrire pour les autres... C'est un choix.
En tous les cas, je viens de découvrir votre blog et j'aime beaucoup. Bravo pour votre travail.

Écrit par : Larry QUO | 11/11/2019

Répondre à ce commentaire

Merci ! Et au plaisir de vous relire ici prochainement….. ?

Écrit par : Le Bouquineur | 12/11/2019

Merci pour ces retours d'expérience plein de sagesse... ! J'ai en effet cessé de consulté les stats de fréquentation de mon blog, qui est peu visité, mais compte des visiteuses/eurs réguliers avec lesquels j'ai le plaisir d'entretenir des échanges constructifs, et c'est finalement le plus important.
Finalement, ce qui me lasse en effet un peu, c'est que j'ai parfois l'impression d'écrire les mêmes billets, en utilisant les mêmes formules.. mais bon, je retire malgré tout assez de satisfaction de mon activité bloguesque (qui me permet entre autres de conserver de mes lectures un souvenir plus précis que si je ne rédigeais pas de billets) pour conserver l'envie de continuer..

Écrit par : Ingannmic | 11/11/2019

Répondre à ce commentaire

Nous avons donc des points communs : l’impression d’écrire toujours les mêmes billets mais continuer quand même car ces notes nous servent de mémos quand les romans ont été lus il y a longtemps. Le blog a de multiples fonctions….

Écrit par : Le Bouquineur | 12/11/2019

L'important est je crois de faire un blog qui nous ressemble, quelque chose de personnel. C'est ce que j'aime aussi trouver chez les autres. Je prends personnellement le blog comme un carnet de lecture que j'ouvrirais à tous - enfin à ceux qui passent par mon site, ce qui fait beaucoup moins! Et pourvu que cela permette de discuter de certains livres avec deux ou trois lecteurs, j'y trouve le plaisir nécessaire. Mais ça, c'est la maturité bloguesque!

Écrit par : Cléanthe | 11/11/2019

Répondre à ce commentaire

« Je prends personnellement le blog comme un carnet de lecture que j'ouvrirais à tous » encore une bien belle formule !

Écrit par : Le Bouquineur | 12/11/2019

Ce que vous dites est plein de bon sens. Le plaisir, voilà l'essentiel. Plaisir de lire, plaisir d'écrire, plaisir de communiquer. Et cela suffit.
Bonne journée !

Écrit par : Bonheur du Jour | 13/11/2019

Répondre à ce commentaire

Plaisir, le maître-mot….. tout est dit !

Écrit par : Le Bouquineur | 13/11/2019

Écrire un commentaire