compteur de visite

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/09/2020

Graham Greene : La Fin d’une liaison

graham greeneHenry Graham Greene, né en 1904 dans le comté de Hertfordshire, en Angleterre, et mort en 1991 à Vevey, dans le canton de Vaud, en Suisse, est un écrivain et scénariste britannique. Il a écrit des romans, des nouvelles, des récits de voyages, des essais et des critiques. Après ses études, il se lança dans le journalisme. Il devint catholique en 1926 afin de se marier. La Fin d’une liaison est un roman datant de 1951 et comme presque tous ses romans, fut adapté au cinéma.

Londres en 1946. Maurice Bendrix le narrateur, écrivain encore aux portes de la renommée, croise à nouveau et par hasard le chemin de Sarah Miles, épouse d’Henry, un haut fonctionnaire que Bendrix avait fréquenté pour des raisons professionnelles. Sarah a été sa maîtresse durant presque deux ans durant la guerre, avant qu’elle ne le quitte sans qu’il sache pourquoi. Est-ce que tout peut recommencer ?

Voilà le type même du roman dont je ne sais s’il est globalement pas mal mais avec pas mal de défauts, ou bien si c’est une gentille daube avec de très intéressantes choses à l’intérieur ?

Reprenons le cours du récit. Une rencontre fortuite entre Henry et Bendrix, l’époux signalant à l’ex-amant que Sarah parait bizarre ces derniers temps, il soupçonne une liaison. Contre l’avis d’Henry, Maurice engage à son insu un détective pour en avoir le cœur net, sa jalousie en sommeil réactivée par le retour du couple dans sa vie quotidienne. Le verdict de l’enquête semble clair, Sarah se rend régulièrement à une adresse bien précise en prenant bien soin de n’être pas suivie. En réalité la vérité s’avèrera plus complexe…

Ce n’est ni un polar ni un roman à suspense donc je peux en dévoiler le mystère – d’ailleurs sinon il serait impossible d’en parler. Pour faire court, il y a la femme, le mari, l’amant et Dieu ! Ne perdons pas de vue que nous sommes chez Graham Greene et que toute ( ?) son œuvre tourne autour du catholicisme. Un sujet qui le turlupinait personnellement.

Donc il y a de bonnes choses dans ce bouquin. La fureur causée par la jalousie capable de se muer en haine. Bendrix durant toutes ces années haïra selon les périodes, le mari (obstacle à son bonheur), sa maîtresse (qui l’a largué sans explication) et souvent aussi le reste du monde. Il est aussi question de spiritualité et de mysticisme, longues interrogations et digressions sur l’existence de Dieu avec l’intervention d’un prédicateur puis d’un prêtre en fin d’ouvrage. En ce sens, le roman prête à la discussion et c’est là son bon côté.  

Il y a aussi de nombreuses références à la manière dont travaille l’écrivain Bendrix et l’on peut parier que ce sont celles de Graham Greene puisqu’il n’y avait pas de raison d’inventer. Pour compléter l’angle autobiographique de ce bouquin je citerai Wikipédia : «L’auteur menait depuis 1946 une relation avec une femme mariée. Cette liaison dura jusqu’en 1966 en dépit des efforts du mari pour la briser. Henry Walston, haut fonctionnaire puis politicien travailliste, fut l’inspirateur transparent du mari de Sarah dans le roman. » 

Mais il y a aussi des défauts, que je modèrerai en précisant : pour un lecteur d’aujourd’hui. Primo, c’est beaucoup trop long, « Je ne pus en lire davantage. A mainte et mainte reprise, j’avais sauté un passage… » dit, tout comme moi, Bendrix en lisant le journal intime de Sarah. Le roman n’échappe pas au côté désuet, écueil prévisible pour ce type de sujet. Si la jalousie est un sentiment éternel, la façon de la ressentir est peut-être liée à l’époque ( ?) mais elle est plus sûrement exprimée différemment selon l’évolution de la société. C’est ce qui fait la différence entre les chefs-d’œuvre qui sont intemporels et les autres romans. Ici, nous sommes dans le second cas.

Quant à l’épilogue, Henry et Maurice qui en viennent à vivre sous le même toit après que Sarah ait disparue (je vous laisse le découvrir), j’ai failli éclater de rire ! Ajoutons à cela que Bendrix ne m’a pas paru très sympathique – certes il y a la jalousie, mais pas que… Henry, lui au contraire, gagne avec le temps (mais c’est Bendrix qui raconte…) et enfin Sarah, seul personnage crédible a toute notre empathie. 

 

 

« Si le mot haine n’est pas trop fort pour qu’on l’applique à un être humain, je haïssait Henry et je haïssait aussi sa femme, Sarah. Et lui, je suppose, se mit à me haïr peu de temps après les évènements de ce soir-là, de même qu’il a dû par instants haïr sa femme, et l’autre, celui en qui nous avions alors la chance de ne pas croire. Aussi, ceci est-il un récit de haine bien plus que d’amour, et s’il m’arrive de dire du bien d’Henry ou de Sarah, l’on pourra me croire : je me défends d’avance contre toute accusation de parti pris, parce que mon orgueil professionnel me pousse à préférer l’expression de vérité, fût-elle la « proche vérité » à l’expression de ma « proche haine ». »

 

 

graham greeneGraham Greene   La Fin d’une liaison   Le Livre de Poche – 384 pages –

Traduit de l’anglais par Marcelle Sibon

07:00 Publié dans Etrangers | Tags : graham greene | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook | | |

Commentaires

Un roman (un auteur?) qui vieillit mal, alors?

Écrit par : keisha | 15/09/2020

Répondre à ce commentaire

Je n’ai lu cet écrivain que depuis récemment car il ne m’avait jamais tenté, un bouquin trouvé dans une boite à livres (« Le troisième homme ») et chroniqué sur mon blog.
Celui-ci, dont le sujet n’avait rien pour m’intéresser, répondait au plaisir amusant de participer à une Lecture commune avec Book Ing’ (https://bookin-ingannmic.blogspot.com/2020/09/la-fin-dune-liaison-graham-greene.html) et de me faire un second avis sur l’auteur.
Pour en revenir à votre question, il me semble qu’effectivement cet écrivain vieillit sans aller dans le sens d’une bonification…

Écrit par : Le Bouquineur | 15/09/2020

Mais oui, très intéressant ces divergences. Si je l'ai trouvé un peu daté, c'est éventuellement dans son propos "mystique", dont je me suis par ailleurs sentie bien éloignée. Mais je n'ai pas trouvé l'écriture vieillotte, je dois même avouer que je me suis facilement laissée emporter par son rythme et sa musicalité..
J'avais déjà lu cet auteur, mais il y a si longtemps que je n'en avais gardé aucun souvenir.
Ce titre fait partie d'une vieille "anthologie" d'occasion que je m'étais procurée pour lire " le fond du problème" suite à ma lecture d'Americanah de Chimamanda Ngozi Adichie, où il est cité à plusieurs reprises...
Merci en tous cas pour cette lecture commune !

Écrit par : Ingannmic | 15/09/2020

Répondre à ce commentaire

Ce fut un plaisir ! A bientôt pour le mois américain.......

Écrit par : Le Bouquineur | 16/09/2020

Vos deux points de vue sont intéressants et montrent à quel point un lecteur est très différent d'un autre. Le côté vieillot que vous avez relevé et qu'Ingannmic n'a pas ressenti, est souvent un point sensible avec les classiques. Mais comme vous le dites, il y a des oeuvres qui sont intemporelles et d'autres non. Je n'ai jamais lu cet auteur, mais cela me titille d'essayer, par curiosité.

Écrit par : krol | 16/09/2020

Répondre à ce commentaire

J’ai carrément adoré cette lecture commune, pas pour le roman lui-même mais pour nos deux approches différentes : instructif et intéressant.
Je connais mal cet écrivain mais je ne pense pas que ce livre soit le meilleur pour débuter. Son plus célèbre reste « Le Troisième homme » dans un genre bien autre qui me semble préférable….

http://lebouquineur.hautetfort.com/archive/2019/01/24/graham-greene-le-troisieme-homme-6123349.html

Écrit par : Le Bouquineur | 16/09/2020

Voyages avec ma tante semble plus souriant comme bouquin (j'en ai un souvenir lointain mais bon)

Écrit par : keisha | 18/09/2020

Répondre à ce commentaire

C'est un titre à la P.G. Wodehouse !

Écrit par : Le Bouquineur | 18/09/2020

Écrire un commentaire