compteur de visite

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/08/2022

Bertrand de Saint Vincent : Nocturne français

Bertrand de Saint Vincent,   Bertrand de Saint-Vincent est un journaliste et chroniqueur littéraire, rédacteur en chef au Figaro. D'abord journaliste au Quotidien de Paris, Bertrand de Saint-Vincent tient depuis 2008 une chronique mondaine quotidienne dans Le Figaro. Nocturne français, son dernier ouvrage vient de paraître.

Cet ouvrage est un recueil de chroniques, de trois à cinq pages, réparties en cinq thèmes ayant pour sujet : les écrivains et le monde de l’édition ; les people, gens de la mode, de la politique, grands patrons… ; le monde des arts, artistes plasticiens, architectes… ; le cinéma, avec ses acteurs, son festival de Cannes… ; et enfin quelques séjours aux quatre coins du monde.

Chroniques, billets mondains, l’auteur circule de cocktails en galas caritatifs, de réceptions en avant premières, d’expositions en dîners ; chaque ligne nous fait croiser le nom de ces gens que nous ne connaissons que par la presse ou la télévision, certains nous sont parfaitement inconnus mais ils sont aux manettes dans leur secteur d’activité. Pour pas un rond, vous frayez avec la crème du gratin de ce monde.

Et l’on s’amuse ! Bertrand de Saint Vincent a la plume facile mais sous son écriture de velours la critique est acerbe. Les vacheries se faufilent entre les rosseries pour échapper à la pluie de flèches assassines qui s’abat sur tout ce beau monde. Les bons mots se succèdent à un rythme infernal : « Les tubes des chanteurs de variété sont les marque-pages de nos existences » pas mal, non ? Plus rude : « La plupart des robes sont en taille 44. En en voyant certaines, on comprend pourquoi Régine ne sortait que la nuit. » Allez, une dernière pour la route : « L’ex-champion de tennis Henri Leconte, plus redouté pour son bras gauche que pour l’hémisphère droit de son cerveau… » J’ai particulièrement adoré le premier chapitre consacré à nos chers (?) écrivains, Angot, Houellebecq, Iacub, Modiano…

Il y a aussi de beaux hommages pudiques à quelques disparus, Wolinski etc.

Il est vrai qu’on pourrait facilement qualifier notre homme de vieux réac, si la formule avait encore cours. On peut d’ailleurs ne pas être toujours d’accord avec ses propos mais il est très difficile, néanmoins, de ne pas sourire à ses piques.

Pourtant sous cet allumage général, ce regard désabusé, ce « hâtons-nous d’en rire avant d’en pleurer », se dissimulent mal, les réflexions d’un homme qui voit s’éteindre un monde ancien, la mélancolie de voir disparaître un certain esprit à la française.

Un livre drôle et plein d’élégance pour estomper une tristesse inexorable.

 

« J’ignore quand tout a basculé. Quand ce qui restait de légèreté dans la vie parisienne, dans l’esprit français, dans le regard des gens a disparu ; quand le ricanement a rayé de son éclat sinistre la tendre beauté de nos sourires et l’insouciance a été balayée de notre horizon. J’ignore l’instant où la fragilité des êtres, leur subtilité, leur part d’ombre a été niée ; le moment où nous nous sommes inclinés devant les tyrans sans visage qui prétendent réécrire notre histoire et nous enseigner la perfection. Je ne saurais dater le jour où la fin de notre monde a eu lieu. »

 

Bertrand de Saint Vincent,   Bertrand de Saint Vincent   Nocturne français   Grasset  - 297 pages -  

 

Écrire un commentaire