compteur de visite

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/05/2019

Etranges remerciements

Je reviens une fois encore sur cette étrange manie qu’ont de nombreux écrivains de remercier à la fin de leur ouvrage, Pierre, Paul, Jacques de les avoir soutenus lors de l’écriture de leur bouquin. Qu’un livre soit dédié à une personne ou deux, en hommage, c’est tout à fait respectable et je dirais même très élégant. Qu’on en fasse des tonnes, ça me semble carrément ridicule.

Je ne citerai que deux exemples relevés dans des lectures très récentes : Taylor Brown (Les Dieux de Howl Mountain) étale ses remerciements sur trois pages tandis que Virginia Reeves (Un Travail comme un autre) exprime sa reconnaissance en citant 41 personnes !

Connaissez-vous une autre profession ou un autre domaine artistique où l’on s’étale autant en ridicules mercis ? Est-ce que votre boucher vous vend ses steaks enveloppés dans une feuille de papier où sont remerciés ses parents pour l’avoir incité à choisir ce noble métier, l’éleveur pour avoir produit de si beaux animaux, la vache Marguerite pour nous donner de si bons morceaux de viande ? Est-ce qu’au dos de la facture de votre plombier il y a des remerciements pour son instituteur qui l’a orienté vers ce job ?

 Eventuellement un cinéaste dédiera son film à quelqu’un, un mentor, en hommage à un disparu, mais c’est tout. Un musicien en fera autant sur la jaquette de son disque, mais on reste dans le raisonnable. Un peintre, lui, n’inscrit pas ce type de louanges au dos de sa toile. Alors pourquoi les écrivains s’y croient-ils obligés et surtout en de si longues listes ?

Et j’irai plus loin, pourquoi les écrivains américains sont-ils les champions dans ce domaine ? Car – et dites-moi si je me trompe – ce sont surtout les américains qui pratiquent ainsi. Reprenez les livres de vos bibliothèques et épluchez les dernières pages, vous le constaterez tout comme moi. Une manie relativement récente, dix ou quinze ans, pas plus à mon avis.

J’ai cherché à comprendre. J’ai tenté d’échafauder théories ou hypothèses pour élucider ce mystère, aucune ne tient la route, ne reste que la piste psychanalytique qu’il faudrait creuser. Quelque chose s’apparentant à « l’air du temps », un reflet de notre époque, mais pour nous dire quoi ?  

Alors, si l’un de vous peut éclairer ma lanterne et satisfaire ma curiosité, qu’il n’hésite pas à intervenir, je lui en serai éternellement reconnaissant.

 

PS : Je remercie l’instituteur qui m’a appris à lire, mes parents pour les livres offerts alors que je n’étais encore qu’un enfant, la bibliothèque de ma ville pour son catalogue, les éditeurs pour leurs envois etc.

07:16 Publié dans Les débats | Lien permanent | Commentaires (10) |  Facebook | | |