compteur de visite

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/01/2020

Don DeLillo : Zéro K

don delilloDon DeLillo (Donald Richard DeLillo),  né en 1936 dans le quartier du Bronx à New York, est un écrivain américain. Auteur de nouvelles, de pièces de théâtre, de scénarios, et d'articles, il est surtout célèbre pour ses romans. Dernier paru, Zéro K date de 2017.

Dans la version courte, j’annonce d’emblée la couleur, je n’ai rien compris à ce roman. Dans une version plus longue je vais tenter d’en parler quand même.

Jeffrey, le narrateur âgé d’une trentaine d’années, est invité par son père milliardaire Ross Lockart à assister à la fin de vie de sa seconde épouse, Artis, atteinte de sclérose en plaques. L’opération doit se dérouler aux confins du monde, entre le Kirghizistan et le Kazakhstan, dans un bunker en plein désert, La Convergence, mi-communauté mi-laboratoire scientifique où sont envisagés avec un autre œil, le vieillissement et la mort, ou pour le dire autrement, ici on congèle (Zéro K désignant le zéro absolu en température) les cadavres en attendant que les progrès scientifiques permettent de les ramener à la vie et leur offrent de vivre plus longtemps.

Jusque là tout le monde, moi compris, voit très bien de quoi il s’agit et le sujet fort intéressant ouvre la porte à de passionnantes réflexions sur la mort, la vie éternelle, est-elle possible ? Est-elle souhaitable ? Philosophie, morale, se mêlent au concert et l’on pourrait discuter des heures sans épuiser le sujet du transhumanisme, ce mouvement culturel et intellectuel international prônant l'usage des sciences et des techniques afin d'améliorer la condition humaine notamment par l'augmentation des capacités physiques et mentales des êtres humains. Voilà pour le fond du bouquin. Donc, vous voyez que si je n’ai rien compris au livre, le thème ne m’a pas échappé pour autant… ne me prenez pas pour plus niais que je ne suis.

Là où je tique, c’est sur la forme, la narration quasi hermétique ou ésotérique. Dans le bunker, Jeffrey erre comme une âme en peine à travers des couloirs déserts où apparaissent des écrans diffusant des images du monde faites de violences, de guerres, de cataclysmes, à moins qu’il ne croise des mannequins figés dans des poses ; il fait aussi des rencontres avec des personnages tout aussi étranges, Le Moine, un type qui se la joue vieux sage taiseux dans sa cape à capuche usée jusqu’à la corde ou encore Ben-Ezra, un vieux qui semblait né ainsi, en babouches et calotte. Tout est très mystérieux et l’ambiance pesante. Tout cela doit être métaphores très futées mais tellement futées qu’on n’y comprend rien. Si ce n’était pas écrit par Don DeLillo, je dirais que c’est n’importe quoi, et d’ailleurs… ?

Ajoutons que le narrateur fait une fixette sur les mots et le langage (« déterminé à trouver la signification plus ou moins précise d’un mot, d’en extraire des dérivés pour en localiser le noyau. ») ; que Ross décide d’accompagner Artis dans la mort avant de se raviser et qu’enfin, pour bien obscurcir le truc, une seconde partie du roman, deux ans plus tard à New York – quasiment une autre histoire ( ?) – voit Jeffrey fréquenter Emma, mère adoptive de Stak, un adolescent pas bien cuit dans sa tête….

Autre thème abordé dans le roman, les liens familiaux complexes, père/fils mais aussi couples séparés, enfant adopté, mère biologique décédée etc.  

Alors ? Une grande fresque de notre monde devenu fou, voire dangereux, où certains hâtent leur mort dans l’espoir qu’un jour futur, les choses s’arrangent et que la science leur permette de reprendre le cours de leur vie, là où ils l’avaient laissée ?

Il faut sacrément s’accrocher pour suivre tout cela…

 

« Un tableau vivant, pensai-je, sauf que les acteurs étaient morts et leurs costumes des tubes en plastique hermétique. Le guide nous annonça que ces personnes étaient de celles qui avaient choisi de partir tôt. Il leur restait peut-être dix ans à vivre, ou vingt, ou plus. Elles avaient été vidées de leurs organes essentiels, lesquels étaient conservés séparément, cerveau inclus, dans des récipients hermétiques appelés nacelles à organes. « Ils ont l’air en paix », dit Ross. Les corps n’étaient pas dans une pose classique. Les yeux étaient ouverts dans un étonnement vitreux, les bras ballants, les genoux naturellement noueux et plissés, aucun poil, nulle part. « Ils sont juste debout pour attendre, dit-il. Tout le temps du monde. » »

 

don delilloDon DeLillo   Zéro K   Babel – 298 pages –

Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Francis Kerline

07:00 Publié dans Etrangers | Tags : don delillo | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook | | |