compteur de visite

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/10/2012

Richard Ford : Indépendance

Ford Livre 691286_2843986.jpgRichard Ford né en 1944 à Jackson (Mississipi) a obtenu le Prix Pulitzer en 1996 pour ce roman.

Franck Bascombe est agent immobilier, divorcé de sa femme qui a refait sa vie et élève leurs deux enfants, une jeune fille et Paul un adolescent à problèmes. En accord avec sa mère, Franck va passer le week-end du 4 juillet avec son fils, pour renouer le dialogue et peut-être l’aider à se sortir de ses problèmes psychologiques. Aux Etats-Unis à cette date on fête Independance Day, commémoration de la Déclaration d’Indépendance des colonies vis-à-vis de l’Angleterre le 4 juillet 1776. C’est le récit de ce week-end que Richard Ford va développer sur presque six cent pages assez denses, car l’écrivain n’est pas avare de détails.

Durant ces deux jours nous allons suivre Franck pas à pas, dans son boulot où il tente de vendre une maison à un couple Joe et Phillys bien indécis ou lorsqu’il veut récupérer un loyer impayé dela famille McLeod.Plustard nous rencontrons Karl avec lequel il s’est associé dans une baraque qui vend des hots dogs et dela bière. Enfinnous accompagnons le père et le fils dans un périple qui les emmène visiter des lieux prestigieux liés à l’histoire du baseball, fondements de la culture américaine et donc à même de cimenter leurs relations vacillantes. Las ! Un accident sportif envoie Paul aux urgences pour être opéré d’un œil. Entre-temps l’auteur nous a présenté, Claire une ex qui bossait avec lui et depuis décédée, Charlane la chef-cuisinier avec laquelle il manque de peu d’avoir une aventure, rappelé maintes fois qu’il aime encore son ex-femme, évoqué ses relations difficiles avec Sally qu’il pense aimer et à l’hôpital il renoue –par hasard- avec son demi-frère juif Irv qu’il avait presque oublié.

Entre les propres problèmes, sentimentaux et familiaux, de son héros et ceux des personnages secondaires nombreux qui interfèrent à des degrés plus ou moins importants dans ce long récit, Richard Ford tisse une fresque de l’Amérique telle qu’il la voit en ces années 90. Si parfois on peu s’agacer de digressions qui n’ont pas trop d’intérêt immédiat ou semblent ralentir le cours de l’histoire, comme lors du séjour à l’hôpital du fils et qu’on attend le résultat de ses examens, en fait tout s’imbrique à la perfection et démontre le talent du romancier.

Effectivement il ne se passe pas grand-chose même si mille détails et circonvolutions épaississent le discours, mais en même temps, tous ces riens sont le tout qui constitue nos vies faites de joies, de peines et d’interrogations existentielles.

 

« Sa conviction a elle était inébranlable, simplement et candidement établie : nous étions ridiculement inadaptés l’un à l’autre et nos relations n’iraient pas au bout de la saison ; en même temps, cette liaison erronée lui fut utile en lui permettant de surmonter une mauvaise passe où ses finances étaient précaires, son affectivité en pleine confusion, où elle ne connaissait personne à Haddam et avait trop d’amour propre pour retourner en Alabama. (Le Dr Stopler dirait sans doute qu’elle avait en elle une blessure à cautériser et que je lui ai servi d’instrument chauffé à blanc.) Tandis que pour moi, une fois écarté comme elle l’exigeait le fantasme de permanence, Claire avait mille façons grisantes de donner de l’intérêt, du charme et un exotisme attirant à ma vie de célibataire, elle suscitait mon admiration et préservait mon entrain, pendant que je m’acclimatais à la profession d’agent immobilier et à l’absence de mes enfants. »        

 

Ford richard-ford.jpgRichard Ford  Indépendance  Points          

 

 

15:05 Publié dans Etrangers, ROMANS | Tags : richard ford | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |